Législative partielle dans le 20ème : un duel entre Lamia El Aaraje (PS) et Danielle Simonnet (FI) au second tour

Marqué par une abstention très importante, le premier tour des législatives partielles a livré ses premiers enseignements dans la quinzième circonscription de la capitale. Les électrices et les électeurs du 20ème auront l’occasion de départager la candidate socialiste Lamia El Aaraje (25,66%) et la représentante insoumise Danielle Simonnet (20,78%) lors du second tour du 6 juin prochain.

Avec une participation de 15,54% seulement pour ce scrutin, organisée parallèlement à trois autres législatives partielles (Indre-et-Loire, Oise, Pas-de-Calais), les craintes exprimées par l’ensemble des équipes en campagne se sont révélées fondées. Un peu plus de 12 000 personnes se sont déplacées dans les bureaux de vote ce dimanche 30 mai, parmi les 77 384 électrices et électeurs inscrits dans la circonscription. Compte tenu des circonstances, les deux candidates arrivées en tête sont qualifiées pour le second tour du 6 juin.

.

.

Pour rappel, cette élection résulte de la nomination l’automne dernier de George Pau-Langevin, députée de l’arrondissement depuis 2007, au poste d’adjointe à la Défenseure des droits. Chargée de prendre sa relève, la candidate socialiste Lamia El Aaraje est arrivée en tête des suffrages ce dimanche en obtenant 25,66% des votes, et aura donc la possibilité de défendre le seul siège remporté par son parti dans la capitale il y a quatre ans. Proche d’Anne Hidalgo, la conseillère de Paris du 20ème arrondissement a rempli son objectif initial en conservant la base électorale de George Pau-Langevin, tout en parvenant en tête du premier tour. Lamia El Aaraje appelle ce soir « au rassemblement des forces de gauche autour [d’elle] le 6 juin pour porter les idées de justice sociale, d’écologie, et de République pour toutes et tous à l’Assemblée nationale ».

La socialiste retrouvera au second tour Danielle Simonnet, représentante de la France insoumise au conseil de Paris et elle aussi élue du 20ème. Avec 20,78% des suffrages, elle améliore de deux points le score obtenu par le candidat insoumis dans la circonscription en 2017. Elle dépasse également le pourcentage de vote qui s’étaient portés cette même année sur sa propre candidature dans la sixième circonscription de Paris voisine (11ème et 20ème arrondissements). Danielle Simonnet avait alors livré un duel particulièrement serré avec le LREM Pierre Person, qui l’avait emporté avec 50,99% des voix au second tour. Ce dimanche soir, la candidate FI demande aux électrices et aux électeurs « d’envoyer un signal fort » le 6 juin prochain en faisant d’elle « la députée de la dignité retrouvée, de l’urgence sociale et écologique, et de l’espoir des jours heureux ».

Derrière les deux candidates arrivées en tête, trois autres listes ont réalisé des scores plus qu’honorables. Le conseiller de Paris LR François-Marie Didier manque le second tour pour quelques centaines de voix, avec 18,52% des suffrages reçus. Ses équipes sont particulièrement remontées contre les manipulations d’un autre candidat, le royaliste Jean-Damien de Sinzogan, qui a usurpé le logo (et donc le soutien) du parti présidentiel en l’utilisant sur ses bulletins de vote. Bulletins qui ne comportaient d’ailleurs pas son véritable nom mais un surprenant « Jean de Bourbon », ainsi qu’un suppléant différent de celui annoncé à la préfecture. La manœuvre éhontée a pourtant été validée. Une décision qui n’est pas sans conséquence : cette opération d’auto-promotion, peut-être destinée à alimenter quelque querelle de particules, voit le monarchiste remporter au total 4,4% des suffrages exprimés, au lieu des deux ou trois décimales qui lui étaient promises. « Un candidat clown, qui vit à Neuilly » et dont les méthodes ont « faussé l’élection », dénonce François-Marie-Didier, qui envisagerait un recours.

En réunissant 18,42% des voix, la candidate écologiste Antoinette Guhl améliore de sept points et demi le score qu’elle avait obtenu dans cette même quinzième circonscription en 2017, et manque elle aussi de peu la marche du second tour. Dans un communiqué cosigné avec sa colistière Nathalie Maquoi de Génération·s, les deux conseillères de Paris du 20ème se félicitent d’avoir pu formé un « pôle écolo [ayant] vocation à grandir et à s’élargir », et disent souhaiter « poursuivre cette dynamique sans signe de division » en ne donnant pas de consignes de vote. « Considérant que nos électeurs et électrices sont conscients des urgences sociales et écologiques, que nous ne sommes pas propriétaires de leurs voix, nous faisons confiance à leur libre arbitre, à leur sensibilité, pour faire leur propre choix au second tour entre les deux candidates de gauche ».

Avec sa liste « Un infirmier à l’Assemblée », le candidat communiste Thomas Roger avait promis de « créer la surprise ». En recevant 10,57% des suffrages, le PCF réalise en effet « son meilleure score à une élection législative dans cette circonscription depuis 1988 ». Tout en appelant à « prendre collectivement acte de ce problème majeur » qu’est l’abstention, constatée lors de ce scrutin comme lors des trois autres législatives partielles organisées ce dimanche, Thomas Roger et sa colistière Charlotte Laurent se félicitent de « voir que le 20ème reste une terre combative, ancrée à gauche », les candidatures progressistes ayant emporté les trois quarts des suffrages. Affirmant ainsi que « les communistes n’ont aucun adversaire à gauche », les colistiers estiment « primordial de respecter le choix de chacun de [leurs] électeurs et électrices pour choisir la meilleure députée pour la circonscription », et les appellent à « participer massivement à ce second tour de scrutin ».

Le choix des électeurs écologistes et communistes, qui représentent au terme de ce premier tour de scrutin les 30% de suffrages nécessaires aux deux candidates arrivées en tête en vue de réunir une majorité, sera de toute évidence déterminant pour le second tour. Depuis dimanche soir, Lamia El Aaraje et Danielle Simonnet ne s’y sont d’ailleurs pas trompées en mettant en avant les alliances conclues localement, ainsi que leurs convergences politiques avec d’autres formations de gauche. Le taux d’abstention sera une nouvelle fois scruté de près, l’annonce des résultats de cette législative partielle ayant indéniablement contribué à accroître sa médiatisation.

.

Pour suivre la campagne de Lamia El Aaraje : Facebook · Twitter
Procurations : procurations.lea@gmail.com

.

Pour suivre la campagne de Danielle Simonnet : Site · Facebook · Twitter
Procurations : simonnetdeputee.fr/procuration

.

.

Dans le cadre de cette élection législative partielle des 30 mai et 6 juin, notre rédaction a interrogé les personnalités candidates dans une série d’entretiens-portraits :

– François-Marie Didier, conseiller de Paris de l’opposition, élu du 20ème, et directeur développement territorial dans une grande entreprise du secteur de l’énergie, candidat avec le soutien des partis LR et Libres.
Suppléante : Dalila Ziane, conseillère d’arrondissement du 20ème.
*En dépit d’une prise de contact initiale, le candidat n’a pas donné suite à nos questions avant le premier tour.

– Lamia El Aaraje, conseillère de Paris de la majorité, élue du 20ème, et docteure en pharmacie, candidate avec le soutien du Parti socialiste, du Parti radical de gauche, de République et Socialisme.
Suppléant : Éric Pliez, maire du 20ème arrondissement.

– Sarah Gardent, agente de Pôle emploi, candidate avec le soutien du Parti ouvrier indépendant démocratique.
Suppléante : Sylvie Surmont, retraitée.

– Antoinette Guhl, conseillère de Paris de la majorité, élue du 20ème, et directrice d’une structure dédiée au recyclage et au réemploi, candidate avec le soutien des partis EELV et Génération·s.
Suppléante : Nathalie Maquoi, conseillère de Paris, professeure en lycée professionnel.

– Danielle Simonnet, conseillère de Paris de l’opposition, élue du 20ème, et psychologue de l’Éducation nationale, candidate avec le soutien de la France insoumise.
Suppléant : Simon Duquerroir, chargé de projets associatifs.

– Thomas Roger, infirmier en service de gériatrie, candidat avec le soutien du Parti communiste.
Suppléante : Charlotte Laurent, universitaire.

Deux autres candidats, dont Farid Ghehiouèche (FLUO – Cannabis sans frontières), se sont déclarés tardivement après les reports de la législative. Les partis de la majorité présidentielle LREM-MoDem ne présentaient pas de candidate ou de candidat dans le cadre de cette élection.

.

.

Photographies :
Meeting de Lamia El Aaraje à la Bellevilloise, le 26 mai 2021 / Danielle Simonnet et Jean-Luc Mélenchon avant un meeting dans le quartier de Python-Duvernois, le 21 mai 2021
© Paris Lights Up

.

.

One thought on “Législative partielle dans le 20ème : un duel entre Lamia El Aaraje (PS) et Danielle Simonnet (FI) au second tour”

Laisser un commentaire