Septembre 2021 : Les expositions à découvrir ce mois-ci dans l’est parisien

C’est aussi la rentrée pour les galeries de la capitale, et l’on peut dire que ces dernières nous ont réservé de belles découvertes et surprises artistiques ! Du Marais à la Villette en passant par Belleville, laissez-vous guider à travers notre sélection d’expositions du mois.

.

.

English version

.

.

Portes ouvertes des Artistes de Ménilmontant

Du jeudi 23 au dimanche 26 septembre

L’association des Artistes de Ménilmontant fêtera la trentième édition de ses journées portes ouvertes à la fin du mois. Du jeudi 23 au dimanche 26 septembre, c’est l’occasion de découvrir les œuvres de 140 artistes et collectifs exposés dans les nombreux ateliers du quartier. Le principal point d’information de ces journées portes ouvertes sera situé à la galerie Ménil’8, avec un second point d’accueil à l’ESAT Ménilmontant. Pour cette édition anniversaire, les Artistes de Ménilmontant s’associent également à la Gare XP, à deux pas de la porte de Lilas : les œuvres d’une quinzaine d’artistes y seront exposées du vendredi au dimanche. Pour finir, du street art à la danse en passant par la poésie, des performances, ateliers, et événements animeront les différents lieux d’exposition durant les quatre journées des portes ouvertes. — Notre article

Jeudi 23, vendredi 24, samedi 25 et dimanche 26 septembre – 14h-20h (21h le jeudi) – Entrée libre

Quartier de Ménilmontant
Points d’accueil : Galerie Ménil’8 : 8 rue Boyer, 75020 Paris / ESAT Ménilmontant : 40 rue des Panoyaux, 75020 Paris
ateliersdemenilmontant.org

.

.

Gilles Balmet & sa collection – “Happy Together”

Jusqu’au 2 octobre

Waterfalls, 2020 / Waterfalls Hybrid, 2020 – Lavis d’encre sur papier – Oeuvres présentées dans le cadre de l’exposition “Happy Together” au Pavillon Carré de Baudouin © Gilles Balmet

« Happy Together est une double exposition consacrée à la fois au travail de l’artiste Gilles Balmet et à son étonnante collection, constituée au fil d’une vingtaine d’années. L’exposition se déploie dans tout l’espace du Pavillon Carré de Baudouin en deux volets complémentaires. Le premier, au rez-de-chaussée, présente le travail personnel de l’artiste au travers d’un ensemble d’œuvres : ces séries d’œuvres sur papier explorent un territoire mitoyen entre la peinture et le dessin, l’abstraction et la représentation paysagère. Elles ont la particularité d’être réalisées sans pinceaux mais à partir de protocoles singuliers. Le second volet de l’exposition, à l’étage, se concentre sur l’autre activité à laquelle s’adonne Gilles Balmet avec passion : la constitution d’une collection d’œuvres d’art contemporain principalement échangées avec d’autres artistes. Cette exposition rare – les collections d’artistes relevant le plus souvent d’une pratique intime – est composée de 150 œuvres de 150 artistes français et internationaux, reconnus ou émergents ».

Mardi à samedi : 14h-18h – Entrée libre

Pavillon Carré de Baudouin
121 rue de Ménilmontant, 75020 Paris
www.pavilloncarredebaudouin.fr

.

.

Amélie Bertrand – “Super-Cannes”

Du 4 septembre au 2 octobre

The Swamp Invaders – Série d’œuvres présentée dans le cadre de l’exposition “Super-Cannes” à la galerie Semiose © Amélie BertrandSemiose

« Indépendamment du lieu auquel il fait référence, le concept de « Californie » existe sous une forme publicitaire partagée à travers le monde entier. La mythologie associée à un Los Angeles au climat tempéré et en permanence ensoleillé, nanti de palmiers et de plages, suggère un style de vie rêvé, à même de promouvoir toutes sortes de produits. Amélie Bertrand traque les artifices de l’idylle californienne, notamment ses dégradés de couleurs, son feuillage tropical et les lignes modernes et épurées de son architecture. Les œuvres sont initiées sur l’ordinateur, dans l’espace virtuel où circule cette imagerie. Amélie Bertrand utilise des logiciels tels que Photoshop et InDesign pour construire minutieusement la chambre d’écho dans laquelle ces motifs vibrent, se réfractant très légèrement chaque fois qu’ils circulent et sont transposés dans de nouveaux contextes, comme celui de Paris où l’artiste vit et travaille. C’est ainsi que naissent les qualités à la fois séduisantes et sinistres que de nombreux critiques ont identifiées dans ses œuvres. » — Alex Bacon

Mardi à samedi : 11h-19h – Entrée libre

Semiose
44 rue Quincampoix, 75004 Paris
semiose.com

.

.

Frédérique Bertrand, Manon Debaye, Valentine Cotte, Paul Lannes, et Mathias Martinez – “Newcomers”

Jusqu’au 2 octobre

Œuvre présentée dans le cadre de l’exposition “Newcomers” à la galerie Arts Factory © Manon Debaye

« Fidèle à son ADN la galerie Arts Factory a choisi de fêter son 25ème anniversaire en invitant cinq nouveaux venus dans sa programmation. De leur première adresse du quartier des Abbesses à la rue de Charonne, en passant par la période nomade, Effi Mild et Laurent Zorzin – ses deux fondateurs – explorent depuis maintenant un quart de siècle la scène graphique contemporaine ; entre dessin, bande dessinée, illustration et graphisme. Promoteurs d’une ligne directrice à la fois exigeante et accessible au plus grand nombre, leurs rencontres ont souvent encouragé de jeunes artistes à leurs débuts, produisant ainsi leurs premières expositions d’envergure en galerie. L’exposition « Newcomers » s’inscrit dans cette approche et permet à Manon Debaye, Paul Lannes, Valentine Cotte et Mathias Martinez – 28 ans en moyenne au compteur et tous diplômés de la Haute École des arts du Rhin – de faire découvrir leur travail auprès du public parisien. Conviée par Manon Debaye, Frédérique Bertrand est également de la partie pour présenter leur Dialogue de Dessins « Mémoire Liquide », initialement créé dans le cadre du festival Central Vapeur. »

Lundi à samedi : 12h30-19h30 – Entrée libre

Galerie Arts Factory
27 rue de Charonne, 75011 Paris
www.artsfactory.net

.

.

Caroline Bouyer – “Les mondes flottants”

Jusqu’au 12 septembre

Œuvres présentées dans le cadre de l’exposition “Les mondes flottants” à l’Espace Beaurepaire © Caroline Bouyer

Caroline Bouyer, dont l’atelier est situé rue de Ménilmontant, est l’une des lauréates de la 4ème édition du Prix Espace Beaurepaire – Thérèse Gutmann. Elle présentera une série de ses dernières œuvres dans cette galerie voisine du canal Saint-Martin jusqu’au dimanche 12 septembre. Dans le texte d’intention accompagnant ses dessins et gravures, l’artiste explique que « l’intitulé « Images du monde flottant » est la traduction du terme japonais « Ukiyo-e », mouvement artistique japonais de peintures populaires mais aussi et surtout d’estampes gravées sur bois. Les thèmes de « l’Ukiyo-e » sont divers, on y trouve entre autres les « Meisho-e » (lieux célèbres), genre pouvant mélanger représentations de paysage et poésie ». Les mondes flottants de Caroline Bouyer, « entre réalité et imaginaire », sont composés « d’une multitude de signes et fragments, prélevés un carnet à la main. Ces représentations traduisent un désir commun dans nos sociétés actuelles, d’une marche à contre sens, à l’envers de celle d’un milieu civilisé et urbanisé. Cette série illustre l’aboutissement d’un retrait régulier et d’un abandon aux pouvoirs de l’imaginaire et de l’errance ».

Mardi à samedi : 13h-19h – Dimanche : 12h-18h – Entrée libre

Espace Beaurepaire
28 Rue Beaurepaire, 75010 Paris
facebook.com/prixespacebeaurepaire

.

.

Magali Delporte, Pierre Durand, Vincent Fillon, et Romain Jouin – “Il était une fois un confinement”

Jusqu’au 25 septembre

Œuvres présentées dans le cadre de l’exposition “Il était une fois un confinement” sur les grilles de la résidence du Pressoir © Vincent Fillon / Magali Delporte

Au pied du parc de Belleville, les grilles de la résidence du Pressoir accueillent jusqu’au 25 septembre plusieurs dizaines de photographies de Magali Delporte, Pierre Durand, Vincent Fillon, et Romain Jouin. Leurs séries témoignent « des élans collectifs qui ont émergé » au rythme des périodes de confinement, « des moments de partage entre voisines et voisins qui quelque temps auparavant se connaissaient à peine ». Pour les quatre photographes rassemblés à l’initiative de l’Association des Résident.e.s du Pressoir, la crise s’est aussi révélée une occasion inattendue de « pencher soudainement son regard sur son environnement quotidien, ce paysage accessible immédiatement sous ses fenêtres mais quelque peu négligé par force de l’habitude ». — Notre article

En plein air – Entrée libre

Résidence du Pressoir
Rue du Pressoir, rue des Maronites, rue Julien Lacroix et rue des Couronnes, 75020 Paris
Événément FB

.

.

Demoiselle MM – Exposition personnelle

Du 9 au 23 septembre

Collage de Demoiselle MM – Rue de la Mare, Paris 20°

Vous avez peut-être déjà croisé le regard de ces figures féminines « tantôt curieuses, tantôt espiègles » sur les murs de Belleville ou les hauteurs des Buttes-Chaumont. Ces « demoiselles », indissociables de l’artiste aujourd’hui parisienne, ont souvent tendance à quitter leurs toiles pour se fondre dans le paysage urbain de la capitale. Demoiselle MM pratique avant tout le street art « pour égayer les rues et ravir les passants ». Si ses toiles et collages font écho à la mode et aux costumes traditionnels, elle cite également comme sources d’inspiration plusieurs artistes dont les œuvres ont sublimé les silhouettes et visages des femmes : Aubrey Beardsley, Frida Kahlo, Gustave Klimt, Alphonse Mucha… Le vernissage de l’exposition aura lieu le jeudi 9 septembre : l’occasion d’une escale sur les hauteurs de Belleville, terrain de jeu privilégié des artistes de rue.

Du mercredi au dimanche : 14h-19h – Entrée libre

Les Temps Donnés
16 rue des Envierges, 75020 Paris
www.lestempsdonnes.com

.

.

Cécile Hartmann – “Le Serpent Noir”

Jusqu’au 26 septembre

Pawnee Grasslands, Nebraska – Extrait du film “Le serpent noir” (2020) © Cécile Hartmann – Courtesy de l’artiste et de la Fondation des Artistes

« Le Serpent Noir » est un projet documentaire de l’artiste et réalisatrice Cécile Hartmann, partie suivre la trace de l’oléoduc Keystone à travers les Grandes Plaines des États-Unis et du Canada. Quatre ans après les luttes des First Nations à Standing Rock et Sacred Stones contre la menace voisine du Dakota Access Pipeline, l’artiste « partage l’archive de ce ‘temps d’après’, où les luttes ont déjà laissé la place aux premières altérations du paysage et des formes de vie ». Le projet de prolongation Keystone XL s’est de nouveau invité dans l’actualité en janvier dernier, la nouvelle administration ayant révoqué le permis d’extension qui aurait vu l’oléoduc étendre son emprise à travers le Montana et l’Alberta, sur les terres des Sioux et des Blackfeet. Prolongée jusqu’au 26 septembre, l’exposition « Le Serpent Noir » rassemble photographies, élément sculptural, peintures murales, et sérigraphies.

Lundi, mercredi, jeudi & vendredi : 13h-18h – Samedi & dimanche : 12h-18h – Entrée libre

MABA – Maison d’Art Bernard Anthonioz
16 Rue Charles VII, 94130 Nogent-sur-Marne
+33 (0)1 48 71 90 07
www.fondationdesartistes.fr

.

.

Mari Katayama “Home Again”

Jusqu’au 24 octobre

Shell, 2016 © Mari Katayama

Dans une mise en scène non conventionnelle du handicap au sein de paysages endommagés, l’artiste multifacette Mari Katayama interroge le spectateur sur la relation au corps. Amputée partiellement de ses jambes, l’artiste présente dans cette exposition une série d’autoportraits, réalisés depuis 2009, présentant son handicap sous des formes burlesques, incongrues. Elle dévoile également une nouvelle série, “In the water”, travail résultant de la naissance de sa fille, et qui marque un tournant dans sa vision artistique. — Lucie Goguillot

Mercredi à vendredi : 11h-20h – Samedi & Dimanche : 10h-20h – 11€/7€

Maison européenne de la photographie
5/7 Rue de Fourcy, 75004 Paris
www.mep-fr.org

.

.

Li Hongbo “All is Illusion”

Du 4 septembre au 9 octobre

No Spare Time – Textbook Series, 2021 © Li Hongbo – Danysz Gallery

« Après le succès de sa dernière exposition personnelle présentée par Danysz à Shanghai, Li Hongbo investit cette fois l’espace parisien de la galerie pour le transformer en un lieu étrange où chaque chose revêt des apparences trompeuses. L’artiste s’installe avec toute sa palette, recréant pour nous la profusion et la complexité de son univers à travers des œuvres de papier et d’acier, deux matériaux au cœur du vocabulaire de l’artiste. Les thèmes évoqués sont ceux de la nature, de l’enfance, de notre relation à l’histoire de l’art ; l’ensemble présenté de manière aussi ludique que poétique. Une aventure pleine de surprises, où nos conceptions bien ancrées de ce qui constitue illusion et réalité pourraient bien finir par se fissurer… »

Mardi à samedi : 11h-19h – Entrée libre

Danys Gallery
78 rue Amelot, 75011 Paris
danyszgallery.com

.

.

Raphaël Meyssan “Les Damnés de la Commune, dans l’atelier de Raphaël Meyssan”

Du 4 septembre au 16 octobre

Extrait – “Les Damnés de la Commune” © Éditions Delcourt, 2017 – 2021 – Raphaël Meyssan – Cineteve/Arte

L’artiste graphiste Raphaël Meyssan a rassemblé pendant huit ans des milliers de gravures du XIXème siècle pour retracer l’histoire de la Commune de 1871 à travers des images de l’époque. Après une exposition en plein air visible sur jusqu’au 15 septembre les murs du Pavillon Carré de Baudouin, ce nouvel événement autour de l’œuvre « Les Damnés de la Commune » nous entraîne cette fois-ci dans son atelier pour découvrir ses méthodes créatives, et la véritable enquête qu’il a parfois mené dans les archives afin de « faire ressurgir cette histoire oubliée ». Les visiteurs pourront en apprendre plus les gravures qui composent ses ouvrages, et les procédés artistiques nécessaires à l’adaptation de documents d’époque en roman graphique. L’exposition, inédite, sera visible jusqu’au 16 octobre à la mairie du 20ème arrondissement.

Lundi à samedi : 9h-17h – Entrée libre

Mairie du 20ème arrondissement
Place Gambetta, 75020 Paris
quefaire.paris.fr

.

.

Daido Moriyama & Shomei Tomatsu  “Tokyo”

Jusqu’au 24 octobre

Untitled, de la série “Pretty Woman”, 2017 © Daido Moriyama Photo Foundation – Courtesy of Akio Nagasawa Gallery

« Cette exposition inédite, qui met en regard les œuvres de deux maîtres de la photographie contemporaine japonaise, rassemble 400 œuvres, des années 1950 à nos jours. Première rétrospective en France consacrée à l’œuvre de Shomei Tomatsu, elle est également l’une des plus importantes expositions organisées autour du travail de Daido Moriyama depuis plusieurs années. Imaginée par les photographes eux-mêmes, du vivant de Tomatsu, elle est un témoignage vibrant de la passion que tous deux partageaient pour la capitale japonaise et ses habitants. »

Mercredi à vendredi : 11h-20h – Samedi & Dimanche : 10h-20h – 11€/7€

Maison européenne de la photographie
5/7 Rue de Fourcy, 75004 Paris
www.mep-fr.org

.

.

Kristelle Rodeia – “Ailleurs

Jusqu’au 25 septembre

Œuvre présentée à la Slow Galerie dans le cadre de l’exposition “Ailleurs” © Kristella Rodeia

« Invraisemblances, magies, évocations d’une Nature immense et merveilleuse, on s’évade dans l’imaginaire de cette artiste dont la disposition à rêver semble si évidente, si sensible et sans limite. Rien d’étonnant à ce qu’Alice au pays des merveilles de Lewis Caroll soit l’une de ses histoires favorites. Si les dessins de Kristelle sont puisés à la source de son imagination et de sa fantaisie, son trait est toujours très précis, comme pour aider l’irréel à devenir réel, et nous faciliter l’entrée dans ses rêves. Les valeurs s’inversent, la frontière entre les deux mondes devient floue. »

Lundi à samedi : 11h-19h – Entrée libre

Slow Galerie
5 rue Jean-Pierre Timbaud, 75011 Paris
www.slowgalerie.com

.

.

Shane – “Lucky Shane”

Du 17 septembre au 16 octobre

Visuel de l’exposition “Lucky” à l’atelier Nanoh (recadrée) © Shane

« Nourri d’une multitude d’influences, de l’underground américain à l’artisanat d’art familial, Shane puise son inspiration dans les styles qu’il croise, les techniques qu’il expérimente et les personnes qu’il rencontre. Il s’est essayé à bien des mediums sans formation préalable: aérographe, flouté, lettrage abstrait, mélangé au dessin hyper réaliste de sujets hétéroclites. Il combine le tout dans des compositions complexes fourmillant de détails à observer, offrant plusieurs degrés de lecture et de compréhension. Ce Normand de souche a su apposer sa patte sur les murs parisiens et a aussi embelli les architectures du Mexique et de Hambourg de fresques murales d’envergure. »

Mardi à dimanche : 13h-19h – Entrée libre

Atelier Nanoh
22 rue Jules Vallès, 75011 Paris
nanoh.art

.

.

“Natures partagées”

Du 15 septembre au 17 octobre

Visuel de l’exposition “Natures partagées” © Ateliers d’artistes de Belleville

« Dans la ville, le besoin de nature se fait sentir, et ce sentiment s’est renforcé depuis le premier confinement. Le regard porté sur l’environnement immédiat, alors seul accessible, s’est trouvé soudainement transformé. Les parcs et les jardins, rêvés en mars et avril 2020, sont devenus aujourd’hui les sujets d’une nouvelle réflexion. Ces « ambassades de la nature dans les villes » constituent des lieux de vie et de partage, des espaces non marchands, ouverts, propices aux rassemblements comme à l’isolement, au repos, à la contemplation ou à l’effort, au défoulement, aux jeux… De tout temps, les artistes ont nourri leur époque de l’originalité de leurs regards : ils/elles vous suggèrent aujourd’hui leurs visions singulières sur ces remarquables îlots de biodiversité. Ce projet met en exergue 17 œuvres et autant de créateurs(trices) représentant la diversité des arts visuels d’aujourd’hui : Jean-Christophe Adenis, Claire Archenault, Annie Barel, Geneviève Baudoin, Angela Bonavita, Caroline Bouyer, Pierre-Olivier Clerc, Delphine Epron, Frédéric Laviéville, Laetitia Lesaffre, Kristin Meller, Lumi Mizutani, Catherine Olivier, Gert Sachs, Saint-Oma, Mireille Saltron, et Denis Viougeas. »

En plein air – Entrée libre

Parc des Buttes-Chaumont
Grilles situées aux abords de l’accès de la place Armand Carrel, 75019 Paris
ateliers-artistes-belleville.fr

.

.

“ZUT : Zone d’Urgence Temporaire Artistique”

Jusqu’au 26 septembre

Œuvres issues de la série “Ginsang”, présentées dans le cadre de la “Zone d’Urgence Temporaire Artistique” au jardin des miroirs de la Villette © Kianuë Tran Kieu

Le parc culturel de la capitale prolonge sa programmation estivale en invitant de nombreux jeunes artistes à s’emparer de ses pelouses, bosquets, et autres folies. Qu’il s’agisse de musique électro ou d’arts visuels, « Technopol et La Villette s’associent pour développer le concept des ZUT (Zone d’Urgence Temporaire Artistique) sur tout le territoire national. Sculptures, installations, performances, photographies sont accessibles en extérieur, en accès libre et visibles tous les jours dans les espaces du parc de la Villette. Né d’une volonté de renouer avec le festif et collectif suite à la réouverture des lieux culturels, ce projet spontané regroupe une vingtaine d’artistes contemporain.ne.s aux pratiques multiples. »

Grande Halle de la Villette et alentours – Entrée libre

La Villette
Parc de la Villette, 75019 Paris
lavillette.com

.

.

“Hotel Sahara”

Jusqu’au 2 octobre

Œuvres présentées dans le cadre de l’exposition “Hotel Sahara” aux Magasins généraux © Hiba Elgizouli / Ismail Zaidy & Hanin Tarek

« Après les succès de « Par amour du jeu » en 2018 et de « Futures of Love » en 2019, les Magasins généraux présentent leur troisième saison culturelle d’été, « Hotel Sahara », jusqu’au 2 octobre 2021. Labellisée dans le cadre de la Saison Africa2020, Hotel Sahara se compose d’une exposition imaginée lors d’une résidence de dix jeunes artistes aux portes du désert, d’un festival dédié à la danse, la musique, la performance et la parole, d’ateliers, et d’actions de médiation. Les artistes de la résidence et de l’exposition, issus de différents champs de la création, ont entre 22 et 35 ans et sont originaires de sept pays en partie traversés par le Sahara. L’événement estival réunira ainsi Alex Ayed, Tewa Barnosa, Salim Bayri, Tayeb Bayri, Hiba Elgizouli, Famakan Magassa, Sara Sadik, Ahmed Serour, Hanin Tarek, et Ismail Zaidy. Les artistes ont été invités à explorer et à interroger, à partir de leurs vécus et de leurs expériences personnelles, les imaginaires majeurs du vaste espace saharien : ce qu’ils révèlent, indiquent, mais également ce qu’ils occultent. »

Mercredi à dimanche : 12h-19h – Exposition et festival en entrée libre

Magasins généraux
1 rue de l’Ancien Canal, 93500 Pantin
magasinsgeneraux.com

.

.

“Vill’Up en Arts”

Jusqu’au 30 septembre

Œuvres présentées dans le cadre de l’événement “Vill Up’ en Arts” © AkElo

Au nord du parc de la Villette, Vill’Up lance sa saison culturelle en réunissant plusieurs associations et collectifs artistiques parisiens, parmi lesquels Les Arts fleurissent la ville, les Ateliers d’Artistes de Belleville, ou les Artistes à la Bastille. Dès cet automne, ces derniers auront l’occasion de multiplier les installations et performances dans les locaux du centre, voisin de la Cité des Sciences. En mettant sous les projecteurs des artistes de rue du nord-est parisien, comme Le Long ou Wild Wonder Woman, le programme du mois de septembre promet notamment « une belle immersion dans l’univers de la street » si bien représenté dans les quartiers alentours.

Tous les jours : 9h-minuit – Exposition et festival en entrée libre

Vill’Up
Parc de la Villette, 75019 Paris

.

.

“Visages d’Asie”

Jusqu’au 16 septembre

Vue de l’exposition “Visages d’Asie” à la gare de l’Est © Musée national des arts asiatiques – Guimet / SNCF Gares & Connexions

Le Musée national des arts asiatiques – Guimet s’associe avec SNCF Gares & Connexions pour présenter « Visages d’Asie », un panorama rassemblant quelques-unes des œuvres incontournables de l’institution parisienne. Dans le hall et le long des grilles de la gare de l’Est, les voyageurs pourront tour à tour découvrir « le profil d’une Geisha lisant un livre de chant sur un éventail japonais du XVIIIème siècle, une ‘Joueuse d’orgue à bouche’ sur une terre cuite polychrome de Chine de l’époque Tang (milieu du VIIème siècle), ou encore le sourire énigmatique du grand roi d’Angkor, Jayavarman VII, datant de la fin du XIIème siècle ». Une belle occasion de s’évader vers d’autres horizons, qu’on soit muni d’un billet ou non !

Tous les jours : 5h-1h – Entrée libre

Gare de l’Est
Place du 11 novembre 1918, 75010 Paris
www.guimet.fr

.

.

“À l’école du sport”

Jusqu’au 10 octobre

Vue de l’exposition “À l’école du sport” à Bercy Village © INSEP / Bercy Village

Après cet été particulièrement sportif, une quarantaine de photographies représentant de nombreuses disciplines s’exposent dans les allées et passages de Bercy Village, aux abords du parc du même nom. Ces clichés en noir et blanc, réalisés entre 1945 et 1960, ont été réunis grâce à un partenariat avec l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (INSEP). Retraçant des moments marquants de l’histoire athlétique, l’exposition vise notamment à « rendre hommage à une génération d’après-guerre qui perçoit le sport comme un moyen d’émancipation et de liberté dans un monde à reconstruire ».

Tous les jours : 7h-2h – Entrée libre

Bercy Village
Cour Saint-Émilion, 75012 Paris
www.bercyvillage.com

.

.

Photographie d’illustration (recadrée) :
The Swamp Invaders – Série d’œuvres présentée dans le cadre de l’exposition “Super-Cannes” à la galerie Semiose

© Amélie BertrandSemiose

.

.

.

2 thoughts on “Septembre 2021 : Les expositions à découvrir ce mois-ci dans l’est parisien”

Laisser un commentaire