Octobre 2022 : Les expositions à découvrir ce mois-ci dans l’est parisien

À la recherche de sorties culturelles ? Du Marais à Romainville en passant par Bastille et Montreuil, laissez-vous guider à travers notre sélection d’expositions du mois !

 

 

English version

 

 

Chloé Azzopardi, Alisa Martynova, et Maxime Taillez Fisheye invite le festival La Gacilly

Du 6 au 29 octobre

Œuvre de la série Écosystèmes présentée dans le cadre de l’exposition Fisheye invite le festival La Gacilly à la Fisheye Gallery © Chloé Azzopardi

« Le Festival Photo La Gacilly et Fisheye s’associent pour soutenir la jeune création et mettre à l’honneur les nouveaux regards de la photographie contemporaine. L’exposition des lauréats du « Prix des Nouvelles écritures de la photographie environnementale » Chloé Azzopardi, Alisa Martynova, et Maxime Taillez, est à retrouver à la Fisheye Gallery du 6 au 29 octobre, après avoir été présentée à La Gacilly (Morbihan) lors de la 19e édition du Festival Photo La Gacilly, Visions d’Orient. Croisant les regards et les sensibilités, ce prix met en lumière depuis sept ans une nouvelle génération de photographes qui interrogent notre rapport au monde et à notre environnement. »

Mercredi à vendredi : 14h-19h – Samedi : 11h30-18h – Entrée libre

Fisheye Gallery
2 rue de l’hôpital Saint-Louis, 75010 Paris
www.fisheyegallery.fr

 

 

Aristide Barraud Bâtiment 5 / Courte Vie Pleine

Du 6 au 16 octobre

Œuvres présentées dans le cadre de l’exposition Bâtiment C / Courte Vie Pleine au Floréal Belleville © Aristide Barraud

« En 2020, alors qu’Aristide Barraud sort d’un cycle de destruction, il s’introduit dans le chantier de démolition du bâtiment 5 de la cité des Bosquets à Montfermeil, utopie architecturale des années 60. Il photographie pendant plusieurs mois l’avancée des travaux et les ouvriers qui y travaillent, dont une grande partie avait grandi dans le bâtiment. Puis, il passe l’été à coller des images, à écrire sur les murs avant que le B5 ne disparaisse complètement. Courte Vie Pleine est un projet sur ce qu’on perd, sur les cycles, la destruction et les renaissances. »

Mercredi à dimanche : 14h-19h – Entrée libre

Floréal Belleville
43 rue des Couronnes, 75020 Paris
florealbelleville.com

 

 

Marie-Pierre Brunel La réminiscence des pierres

Faustine Jacquot Même les fantômes ont peur du noir

Nikita Kravtsov Pornfood

Jusqu’au 15 octobre

someone said the end is near but i think it’s already here, 2022, acrylique, craie, sérigraphie, et peinture fluorescente sur toile – Œuvre présentée dans le cadre de l’exposition La réminiscence des pierres à la galerie Arts Factory © Marie-Pierre Brunel

« La galerie Arts Factory fait sa rentrée avec une triple exposition réunissant Marie-Pierre Brunel, Faustine Jacquot, et Nikita Kravtsov. […] Questionnant le rapport entre l’humain et la nature, évoquant la place des femmes dans notre société comme les traumas de l’enfance, Marie-Pierre Brunel convoque rituels ancestraux et croyances populaires pour insuffler un ambivalent sentiment d’inquiétante étrangeté dans ses expositions. […] Déjà remarquée par les habitués de la galerie lors des évènements consacrés aux collections Les Crocs Électriques et Les Plus Beaux Mouchoirs de Paris, Faustine Jacquot présente avec Même les fantômes ont peur du noir sa première exposition personnelle pour Arts Factory. […] En détournant un hashtag particulièrement populaire sur Instagram, le #pornfood de Nikita Kravtsov dénonce avec jubilation la censure des algorithmes qui régissent désormais l’hypocrite pudibonderie des réseaux sociaux. Une pression qui fort heureusement n’est pas de mise sur les murs de la galerie Arts Factory, où l’on peut encore venir se régaler les rétines en toute liberté ! »

Lundi à samedi : 12h30-19h30 – Entrée libre

Galerie Arts Factory
27 rue de Charonne, 75011 Paris
www.artsfactory.net

 

 

Ricardo Cavolo Smells like kid spirit

Jusqu’au 22 octobre

Œuvre présentée dans le cadre de l’exposition Smells like kid spirit à la galerie Nanoh © Ricardo CavoloNanoh

« Pour son premier solo show en France, l’artiste espagnol Ricardo Cavolo investit la galerie Nanoh avec une exposition inédite, Smells like kid spirit. Elle prend la forme d’une rétrospective de son récit personnel à travers le prisme de son univers fantasmagorique. Dans un style très graphique et coloré, il déploie son imaginaire entre art populaire américain, univers folklorique et imagerie religieuse. Il évolue à travers différentes pratiques et peuple ses univers des personnages qui ont marqué son enfance, utilisant le dessin de la même manière qu’un conteur utilise les mots et évoque les moments de sa jeunesse. À travers cet évènement, l’artiste nous propose sa vision d’une époque en pleine mutation, qui a marqué une génération. »

Mardi à samedi : 14h-19h – Entrée libre

Galerie Nanoh
22 rue Jules Vallès, 75011 Paris
www.nanoh.art

 

 

Mathieu Cherkit Time’s Up?

Jusqu’au 8 octobre

Vue de l’exposition Time’s Up? de Mathieu Cherkit à Xippas © Xippas

« Au fil des années, Mathieu Cherkit a créé un univers singulier à partir de représentations de son environnement proche, à la fois des vues sous différents angles de l’intérieur de sa maison et du jardin luxuriant. À l’aube de la quarantaine, son intérêt pour la peinture d’espaces et la création d’une sensation de dimensionnalité sur une surface plane a évolué vers une observation plus profonde du temps et de la manière dont il influence le progrès et la régression de la vie, à l’échelle personnelle et globale. Travaillant d’après nature ou de mémoire, ces lieux existants sont utilisés pour documenter des moments personnels significatifs liés à sa famille et à son enfant, mais aussi pour aborder des préoccupations plus larges telles que les questions environnementales, en représentant le jardin familial sous une chaleur torride. L’amour de la nature, de la vie, et de ses petits moments particuliers se prolonge jusque dans la série en cours d’œuvres de petit format qui constituent un herbier visuel en constante évolution. » — Saša Bogojev, commissaire d’exposition

Mardi à samedi : 10h-19h – Entrée libre

Xippas
108 rue Vieille du Temple, 75003 Paris
www.xippas.com

 

 

Coline Colline Paris Neptune

Du 5 au 31 octobre

Visuel (recadré) de l’exposition Paris Neptune à la péniche L’eau et les rêves © Coline Colline

« Avant de se consacrer au dessin, Coline Colline a travaillé plusieurs années dans le domaine des musées. Aujourd’hui, son intérêt pour le patrimoine se conjugue à sa passion pour les arts graphiques. À partir des rééditions d’archives et de cartes anciennes, elle crée un bestiaire onirique qui allie la minutie de l’encre de Chine et les effets lumineux de l’aquarelle. Avec l’exposition Paris-Neptune, les espaces verts de la capitale côtoient côtes et littoraux, dans un voyage imaginaire entre cartes marines et plans de jardins. »

Mardi à dimanche : 10h-19h – Entrée libre

Péniche librairie L’eau et les rêves
9 quai de l’Oise, 75019 Paris
www.penichelibrairie.com

 

 

Jacqueline Duhême Il était une fois…

Félicité Landrivon & Roxanne Maillet Freed from Designer

Jusqu’au 1er janvier / Jusqu’au 18 décembre

Irma et Igor sur Le France, 1962, Arrivée du France à New York, Encre, aquarelle, gouache – Œuvre présentée dans le cadre de l’exposition Il était une fois… à la Fondation des Artistes © Jacqueline Duhême – Photo : Maison nationale des artistes – Courtesy de l’artiste

À Nogent-sur-Marne, tout près du bois de Vincennes, la MABA et la Maison nationale des artistes présentent jusqu’à la fin de l’année une double exposition à ne pas manquer. Freed From Designer réunit les univers graphiques des jeunes créatrices Félicité Landrivon (signant aussi sous Brigade Cynophile) et Roxanne Maillet. Objets du quotidien, mobilier, t-shirts, posters : dans un lieu repensé en véritable appartement, le duo donne libre cours à sa créativité et entraîne le visiteur dans un espace où design, formes, et couleurs se combinent pour délivrer un message d’émancipation féministe aux accents punks. Il était une fois… Jacqueline Duhême, l’imagière met quant à elle à l’honneur une artiste prolifique qui s’est particulièrement distinguée dans le domaine de la littérature pour la jeunesse, et fut également l’une des pionnières du reportage en dessins dès les années 1960. L’occasion de découvrir la vie et la carrière d’une grande richesse, empreinte de poésie, de celle pour qui « dessiner, c’est une nécessité, comme celle de faire un cadeau à quelqu’un qu’on aime ».

Lundi à vendredi (sauf mardi) : 13h-18h – Samedi & dimanche : 12h-18h – Entrée libre

MABA – Fondation des Artistes
16 rue Charles VII, 94130 Nogent-sur-Marne
www.fondationdesartistes.fr

 

 

Xie Lei Chant d’Amour

Jusqu’au 8 octobre

Vue de l’exposition Chant d’Amour de Xie Lei à Semiose © Semiose

« Si les sens se troublent après l’extase, les peintures de Xie Lei subissent un processus assez similaire. Utilisant peu de couleurs, l’artiste plonge le spectateur dans un univers souvent vaporeux et trouble. Sur la surface atone de la toile, les contrastes de lumière tranchent, rappelant un univers caravagesque où chaque ombre est maîtrisée et étudiée. Le titre de l’exposition Chant d’Amour amène à interroger la dimension sonore des œuvres, une autre composante intangible. Le chant est ici muet, à l’instar du film de Genet, mais conduit à imaginer l’ambiance sonore de chaque peinture. L’artiste livre des indices : dans son atelier retentissent flamenco et autres musiques passionnées. Chez Xie Lei, les sujets, les sons, sa technique – tous hors du temps – nous emportent dans un monde de projections, d’émancipation et de fantasmes. » — Loïc Le Gall, commissaire indépendant et critique d’art

Mardi à samedi : 11h-19h – Entrée libre

Semiose
44 rue Quincampoix, 75004 Paris
semiose.com

 

 

Boris Mikhaïlov Journal ukrainien

Jusqu’au 15 janvier

De la série Red, 1968-75 Tirage chromogène, 45,5 x 30,5cm © Boris Mikhaïlov, VG Bild-Kunst, Bonn. Tate: Acquis avec l’aide du Art Fund (avec la contribution de la Wolfson Foundation) et Konstantin Grigorishin 2011.

« La MEP présente la plus importante rétrospective jamais consacrée à l’artiste ukrainien Boris Mikhaïlov, né en 1938 à Kharkiv. Aujourd’hui considéré comme l’un des artistes contemporains les plus influents d’Europe de l’Est, il développe depuis plus de 50 ans une œuvre photographique expérimentale autour de sujets sociaux et politiques. Il construit un récit photographique puissant de l’histoire contemporaine de l’Ukraine qui, à la lumière des événements actuels, est d’autant plus poignant et éclairant. En écho à ce temps fort, la MEP a invité trois artistes à investir le Studio, espace dédié à l’émergence, autour de thèmes récurrents dans l’œuvre de Mikhaïlov : Elsa & Johanna, dont les autoportraits oscillent entre performance et album de famille, et Antony Cairns, dont les scènes de rue retouchées et colorées à la main sondent les mutations urbaines. »

Mercredi à vendredi : 11h-20h (jusqu’à 22h le jeudi) – Samedi & Dimanche : 10h-20h – 11€/7€

Maison européenne de la photographie
5/7 Rue de Fourcy, 75004 Paris
www.mep-fr.org

 

 

Eko Nugroho Heads Full of Empty Views

Du 15 octobre au 26 novembre

We are Complaining About a Future That Doesn’t Exist, 2021 © Eko Nugroho – Courtesy Danysz Gallery

« Eko Nugroho, artiste contemporain indonésien de renommée internationale qui avait investi les espaces du Musée d’Art Moderne de Paris en 2012, est de retour en France. Il nous invite à découvrir toute la richesse et l’étendue de son art à travers cette exposition qui nous plonge dans un univers surréaliste, résolument graphique et pénétrant, avec ses œuvres vives et lumineuses qui véhiculent une énergie optimiste sans limite. […] Nugroho a cette aptitude à entrer en fusion avec l’environnement qui l’entoure, cette capacité à capter le bruit et la fureur de la rue, les jeux de regard, les identités et attitudes. Il traduit ces flux dans ses dessins et motifs qui envahissent l’espace et tous les moyens de création sont bons pour traduire ces fusions entre Indonésie et Occident, culture de rue et monde de l’art, enjeux politiques, et réflexions intimes. »

Mardi à samedi : 11h-19h – Entrée libre

Danysz
78 rue Amelot, 75011 Paris
danyszgallery.com

 

 

AKAA – Also Known As Africa

Du 21 au 23 octobre

Œuvre présentée dans le cadre de l’événement Also Known As Africa au Carreau du Temple © Victor Olaoyé – Galerie Chauvy

Le salon Also Known As Africa fait bientôt son retour sous la halle du Carreau du Temple pour sa septième édition. Dédié à la création contemporaine des artistes du continent africain et de ses diasporas, il rassemblera cette année les œuvres d’une quarantaine de galeries françaises et internationales, avec près de 130 créatrices et créateurs représentés. Plusieurs adresses de l’est parisien participeront à l’événement, prévu du vendredi 21 au dimanche 23 octobre – on y retrouvera ainsi la 193 Gallery (Thandiwe Muriu, Marcel Tchowpe, Derrick Ofosu Boateng), Backslash (Riley Holloway), ou encore la galerie Anne de Villepoix (Atsoupé, Leslie Amine, Bouvy Enkobo, Gastineau Massamba). Peinture, photographie, dessin, sculpture, collage : les amateurs de culture auront de nouveau l’embarras du choix devant la diversité des œuvres mises en avant lors de cette nouvelle édition.

Vendredi : 12h-21h – Samedi : 12h-22h – Dimanche : 12h-18h – 16€/11€

Carreau du Temple
4 rue Eugène Spuller, 75003 Paris
akaafair.com

 

 

Broder / Déborder

Jusqu’au 29 octobre

Exposition Broder / Déborder © Centre Tignous d’art contemporain

« Accompagnée de dix artistes plasticiennes et brodeuses, la réalisatrice Dominique Cabrera expose et explore l’imaginaire de son prochain film, Des Femmes comme les autres, avec Yolande Moreau et Hélène Vincent. “Un soir, une femme suit le fil de son ouvrage plus loin que prévu et se laisse déborder, bouleversant la vie de sa meilleure amie et ses copines du club de broderie. Qu’est-ce qu’être une femme ? Que faire de ce qui saigne encore ? Où nous mènent nos corps, nos fantômes et nos désirs ?” Comme ses héroïnes, les artistes rencontrées par Dominique Cabrera tissent, chacune à sa manière, le renouveau de la broderie contemporaine. […] Au fil de leurs images, de leurs histoires légères, tragiques, politiques, ironiques ou poétiques, des frondaisons des forêts aux territoires cellulaires, le monde, cruel et splendide, à l’envers et à l’endroit, notre monde, se dessine. C’est beau, ça fait mal et ça fait du bien, ça résiste, ça brode et ça déborde ! » — Dominique Cabrera et Aude Cotelli, commissaires de l’exposition

Mercredi à vendredi : 14h-18h (jusqu’à 21h le jeudi) – Samedi : 14h-19h – Entrée libre

Centre Tignous d’art contemporain
116 rue de Paris, 93100 Montreuil
centretignousdartcontemporain.fr

 

 

Cabu – Dessins de la rafle du Vel d’Hiv

Jusqu’au 7 novembre

Visuel de l’exposition Cabu – Dessins de la rafle du Vel d’Hiv au Mémorial de la Shoah © Cabu – V. Cabut

« Au printemps 1967, le magazine Le Nouveau Candide publie les bonnes feuilles de La Grande rafle du Vel d’Hiv 16 juillet 1942 de Claude Lévy et Paul Tillard. Pour illustrer cette série en cinq épisodes, la rédaction fait appel à un jeune dessinateur de 29 ans, Jean Cabut, dit Cabu. L’ouvrage de Lévy et Tillard retrace, à travers documents et témoignages, le déroulement de la rafle et l’enfermement au Vélodrome d’Hiver de plus de 8 000 des quelque 13 000 victimes des arrestations. Pointant le rôle de la police française et du gouvernement de Vichy dans la déportation des Juifs par les nazis, le livre provoque un choc dans l’opinion. C’est aussi un choc pour Cabu, qui découvre cette tragédie trop vite oubliée et met le meilleur de son talent à traduire en dessins les scènes décrites. À l’occasion des 80 ans de la rafle du Vel d’Hiv, Véronique Cabut, son épouse, et le Mémorial de la Shoah proposent de redécouvrir ces dessins jamais exposés depuis leur parution. Cette exposition est aussi un hommage à un dessinateur génial et populaire qui fut l’une des douze victimes de l’attentat djihadiste du 7 janvier 2015 contre la rédaction de Charlie Hebdo. »

Dimanche à vendredi : 10h-18h30 (jusqu’à 22h le jeudi) – Entrée libre

Mémorial de la Shoah
17 rue Geoffroy L’Asnier, 75004 Paris
www.memorialdelashoah.org

 

 

Cinétique ! La sculpture en mouvement

Jusqu’au 11 décembre

Vue de l’exposition Cinétique ! La sculpture en mouvement à la Fondation Villa Datris – Espace Monte-Cristo

« Pour fêter sa cinquième année d’ouverture au public, l’Espace Monte-Cristo, lieu parisien de la Fondation Villa Datris, présente Cinétique ! La sculpture en mouvement. L’exposition dévoile le cœur de sa collection, en réunissant plus de 35 sculptures d’artistes français et internationaux. Mêlant références historiques et scientifiques, le parcours de l’exposition réunit des sculptures cinétiques des années 60 et d’autres plus récentes, aux technologies de pointe. Qu’elles soient statiques, dynamiques, ou mécaniques, les œuvres nous font découvrir le mouvement sous toutes ses formes. »

Mercredi à dimanche : 11h-13h & 14h-18h30 – Entrée libre

Fondation Villa Datris – Espace Monte-Cristo
9 rue Monte Cristo, 75020 Paris
fondationvilladatris.fr

 

 

J’ai si longtemps rêvé de ce pays lointain, que j’ai réinventé ses bruits et ses parfums…

Jusqu’au 26 octobre

Communion, 2018, pierre noire et acrylique sur toile, 160 x 300 cm – Œuvre présentée dans le cadre de l’exposition J’ai si longtemps rêvé de ce pays lointain, que j’ai réinventé ses bruits et ses parfums… à la Maëlle Galerie © Samuel Gélas – Courtesy de l’artiste

« La Maëlle Galerie a 10 ans ! Pour l’occasion, la galerie présente J’ai si longtemps rêvé de ce pays lointain, que j’ai réinventé ses bruits et ses parfums…, une exposition collective inspirée d’une ballade du chanteur Martiniquais Ralph Thamar. Cette exposition, bien plus que l’exil, évoque la nostalgie d’un paradis intime perdu que l’on cultive, qui nous habite et dont la bipolarité nous consume. Elle chantonne l’histoire de ceux qui ont le cœur serré dans un entre deux, et qui ont pour double héritage l’ici et l’ailleurs. »

Mardi à samedi : 10h-18h – Entrée libre

Maëlle Galerie
29 rue de la Commune de Paris, 93230 Romainville
www.maellegalerie.com

 

 

Parisiennes citoyennes ! Engagements pour l’émancipation des femmes (1789-2000)

Jusqu’au 29 janvier

6 octobre 1979, Marche des femmes – Œuvre présentée dans le cadre de l’exposition Parisiennes citoyennes ! au Musée Carnavalet © Pierre Michaud / Gamma Rapho

C’est une histoire faite de révoltes, de pamphlets, de grèves, d’engagements, d’indignations, de pétitions, de manifestations. Celle des innombrables combats menés par les femmes de Paris pour se libérer des carcans imposés par les tenants des ordres religieux, moraux, capitalistes, ou patriarcaux. Imaginée par un quatuor réunissant la directrice du musée Carnavalet Valérie Guillaume, la professeure d’histoire contemporaine Christine Bard, et les conservatrices Catherine Tambrun et Juliette Tanré-Szewczyk, Parisiennes citoyennes ! rassemble près de 170 œuvres et documents, pour certains inédits, afin de retracer cette autre révolution dont la capitale est aujourd’hui encore le théâtre. […] — Notre article

Mardi à dimanche : 10h-18h – 11€/9€/0€ – Accès gratuit aux collections permanentes

Musée Carnavalet – Histoire de Paris
23 rue de Sévigné, 75003 Paris
www.carnavalet.paris.fr

 

 

Portes ouvertes des ateliers d’artistes de Montreuil 2022

Du vendredi 14 au dimanche 16 octobre

© Portes ouvertes des ateliers d’artistes de Montreuil

Territoire désormais incontournable dans le paysage artistique francilien, Montreuil nous invite à pousser la porte de ses ateliers à partir du vendredi 14 octobre prochain. Les visiteurs pourront aller à la rencontre de plus de 250 artistes à travers la ville. Prévue sur trois jours, la 24e édition des journées portes ouvertes des artistes de Montreuil associera plusieurs lieux moteurs du rayonnement culturel de la commune de Seine-Saint-Denis. Principal point d’accueil de l’événement, le Centre Tignous d’Art Contemporain sera ouvert durant toute la durée de l’événement.

Vendredi à dimanche – 11h-19h – Entrée libre

Montreuil
Accueil – Centre Tignous d’Art Contemporain, 116 rue de Paris, 93100 Montreuil
centretignousdartcontemporain.fr

 

 

Regards du Grand Paris

Jusqu’au 23 octobre

 Cité lacustre #7, 2021 – Œuvre présentée dans le cadre de l’exposition Regards du Grand Paris aux Magasins généraux © Lucie Jean – Magasins généraux

« Fruit d’une collaboration entre les Ateliers Médicis, le Centre national des arts plastiques (Cnap), les Magasins généraux, la Société du Grand Paris, et le musée Carnavalet – Histoire de Paris, l’exposition Regards du Grand Paris rassemble les œuvres des 38 artistes ayant participé aux cinq premières années (2016 à 2021) de la commande photographique nationale du même nom, confiée par le ministère de la Culture aux Ateliers Médicis en partenariat avec le Cnap. L’exposition dévoile ces œuvres pour la première fois au public et entend également revenir vers les territoires qui ont vu naître ces images. »

Mercredi à dimanche : 14h-20h (jusqu’à 22h le jeudi) – Entrée libre

Magasins généraux
1 rue de l’Ancien Canal, 93500 Pantin
magasinsgeneraux.com

 

 

Visages d’en Faces – Le pouvoir de nos gestes

Jusqu’au 18 octobre

Exposition Le pouvoir de nos gestes © Visages d’en Faces

« Le parc des Buttes Chaumont accueille du 17 septembre au 18 octobre l’exposition Le pouvoir de nos gestes – Acteurs de la propreté et de l’environnement. Des portraits pour nous faire voir autrement ce qui nous semble ”normal”… En mettant en lumière les personnes derrière les métiers, les portraits dessinés et racontés nous parlent de solidarité, de respect de soi et des autres, de protection de l’environnement, de beauté… Ils ne sont plus simplement des éboueurs, agents d’entretien, gardiens d’immeuble ou habitants, ils sont Adama, Monica, Yacine, Ghania, Marinette, Robert… Rendez-vous devant les grilles du parc des Buttes-Chaumont, rue Manin, en face de la mairie du 19e arrondissement. »

En plein air – Entrée libre

Parc des Buttes-Chaumont
Sur les grilles du parc côté rue Manin et mairie du 19e, 75019 Paris
Événément FB

 

 

281 – ARCA x DOC

Du 8 au 16 octobre

« L’exposition 281 réunit les artistes Louis Andrews, Audrey Aumegeas, Loïc Leclercq et Anita Sanchez, accueillis au sein de la Résidence temporaire Arts visuels de DOC – Programme ARCA 2022. Elle est organisée en partenariat avec l’École supérieure des Arts et médias Caen/Cherbourg, et l’École supérieure d’Art Annecy Alpes. »

Horaires à venir – Entrée libre

DOC
26 rue du Docteur Potain, 75019 Paris
doc.work

 

 

 

Illustration (recadrée) :
Œuvre présentée dans le cadre de l’exposition Smells like kid spirit à la galerie Nanoh
© Ricardo CavoloNanoh

 

 

 

4 thoughts on “Octobre 2022 : Les expositions à découvrir ce mois-ci dans l’est parisien”

Laisser un commentaire