À la MABA – Fondation des Artistes, une double exposition met à l’honneur deux générations de créatrices

La Maison d’Art Bernard Anthonioz (MABA) de Nogent-sur-Marne présente les expositions Freed From Designer, réunissant les artistes graphistes Félicité Landrivon et Roxanne Maillet, et Il était une fois… Jacqueline Duhême, l’imagière, dédiée à l’œuvre prolifique de l’illustratrice de littérature jeunesse.

À deux pas du bois de Vincennes, la MABA et la Maison nationale des artistes célèbrent l’arrivée de l’automne avec une double exposition à ne pas manquer. Freed From Designer réunit les univers graphiques des jeunes créatrices Félicité Landrivon, signant aussi sous le nom Brigade Cynophile, et Roxanne Maillet. Objets du quotidien, mobilier, t-shirts, posters : dans un lieu repensé en véritable appartement, le duo donne libre cours à sa créativité pour entraîner le visiteur dans un espace où design, formes, et couleurs se combinent pour délivrer un message d’émancipation féministe aux accents punks.

« Freed From Designer se veut comme une invite à s’affranchir des normes et des diktats (parfois rigides) du design graphique et à créer des formes et glyphes fluides, sans hiérarchie entre les genres et les styles », détaille l’équipe de la MABA, qui a fait de l’exposition un temps fort de sa saison dédiée au graphisme. « Entremêlant ainsi véritables objets de commande, objets dérivés conçus pour l’occasion et éléments de mobiliers récupérés, l’exposition orchestre une confusion entre le réel et le fictif et réaffirme le rôle des graphistes dans la conception d’environnements narratifs. »

Entre références à la pop culture et mise en lumière d’une « perspective dyke féministe », les détournements imaginés par Roxanne Maillet mêlent humour et révolte pour contester les normes de genre et de sexe dans un « retournement du stigmate » historique. Cette réappropriation du quotidien, critique acide du système patriarcal, s’exprime ainsi sous diverses formes : du simple paquet de cigarettes aux produits d’hygiène en passant par l’habillement, l’exposition s’achève sur une collection de t-shirts hauts en couleurs aux slogans évocateurs, revendiquant une identité queer et lesbienne à la portée naturellement politique.

Les créations de Félicité Landrivon mettent en lumière le processus créatif d’une artiste « sensible aux pratiques graphiques en marge, qui puise ses influences dans la culture populaire, contourne les formes consensuelles du design graphique, privilégiant l’affiche comme terrain d’entraînement quotidien ». De la région lyonnaise à Marseille, ville où elle réside aujourd’hui, ses posters et autres œuvres visuelles témoignent de la vitalité intacte des cultures « souterraines » et alternatives. Ornant les murs de l’appartement habillé par les deux graphistes, ses travaux témoignent d’une « tendance à faire fi des conventions », combinant « humour potache et une approche assez baroque et joyeuse de la typographie », ici encore investie d’une approche résolument féministe.

Dans le bâtiment voisin, Il était une fois… Jacqueline Duhême, l’imagière met quant à elle à l’honneur une artiste prolifique qui s’est particulièrement distinguée dans le domaine de la littérature pour la jeunesse, et fut également l’une des pionnières du reportage en dessins dès les années 1960. Au cœur de la Maison nationale des artistes, un EPHAD dédié aux créatrices et aux créateurs, l’exposition réunit une quarantaine d’œuvres. C’est l’occasion de découvrir la vie et la carrière d’une grande richesse, empreinte de poésie, de celle pour qui « dessiner, c’est une nécessité, comme celle de faire un cadeau à quelqu’un qu’on aime ».

 

Freed From Designer
Jusqu’au 18 décembre
Lundi à vendredi (sauf mardi) : 13h-18h – Samedi & dimanche : 12h-18h – Entrée libre

 

Il était une fois… Jacqueline Duhême, l’imagière
Jusqu’au 1er janvier
Tous les jours : 14h-18h – Entrée libre

 

 

MABA – Fondation des Artistes
16 rue Charles VII, 94130 Nogent-sur-Marne
www.fondationdesartistes.fr

 

 

Découvrez notre guide des expositions à découvrir en octobre 2022 dans l’est parisien

 

 

 Photographie : Vue de l’exposition Freed From Designer
© MABA – Fondation des Artistes – Crédit Aurélien Mole

 

 

One thought on “À la MABA – Fondation des Artistes, une double exposition met à l’honneur deux générations de créatrices”

Laisser un commentaire