Juin 2021 : Les expositions à découvrir ce mois-ci dans l’est parisien

Les galeries et institutions culturelles de la capitale ont enfin rouvert leurs portes au public, et les Parisiennes et Parisiens en quête d’évasion ont désormais l’embarras du choix. Du Marais à la Villette en passant par Bastille et Belleville, laissez-vous guider à travers notre sélection artistique du mois !

.

.

English version

.

.

Ateliers du Père Lachaise Associés – Portes ouvertes 2021

Du vendredi 4 au dimanche 6 juin

Dans l’atelier de Marina Argentini pour les portes ouvertes 2018 © Ateliers du Père Lachaise Associés

Dans le sud du 20ème arrondissement, aux abords du cimetière du Père Lachaise, une quarantaine d’artistes peintres, sculpteurs, graveurs, photographes ou céramistes, ouvrent pendant trois jours les portes de leurs ateliers. « Pendant cette pandémie, partager, retrouver le plaisir des rencontres, échanger, tout cela a manqué aux artistes et au public. Il est temps de revenir aux fondamentaux : découvrir des œuvres, comprendre des techniques, se laisser porter par des émotions. Rien de tel que les Portes Ouvertes pour redonner des couleurs à nos vies qui ont été contraintes depuis si longtemps », estime René Celhay, président des APLA. La carte des artistes exposants et des différents points info est disponible sur le site de l’association. Créés en 1988, les Ateliers du Père Lachaise Associés (APLA) organisent également du 4 au 27 juin une exposition collective en hommage à la Commune de Paris, dont les espoirs vacillèrent il y a tout juste un siècle et demi.

Vendredi à dimanche : 14h-20h – Entrée libre

Quartier du Père Lachaise – Réunion
75020 Paris
www.apla.fr/blog

.

.

Emilie-Camille Achir – “Alone Together”

Du 3 au 14 juin

Sofa(r) Away – Œuvre présentée dans le cadre de l’exposition “Alone Together” à 389 La Boutique © Emilie-Camille Achir (ECA)

« L’exposition “Alone Together” explore le thème de la solitude profondément ancrée dans notre quotidien, notamment depuis la crise du covid-19. ECA nous invite à pénétrer dans l’univers de femmes confinées, contraintes à l’isolement. Elles rêvent d’amour, de tendresse, espèrent des voyages, partager un verre de vin, une cigarette en terrasse. Pour aider l’observateur à percer le mystère de ses toiles, souvent ambiguës, l’artiste dépose des indices à son attention afin de le guider vers les jeux de son héroïne. Elle nous entraîne avec humour, dans l’univers baigné de couleurs de ces femmes empêchées, qui songent à leur futur, à leurs espoirs de femmes libres et audacieuses. »

Du lundi au samedi : 12h-20h – Entrée libre

389 La Boutique
389 Rue des Pyrénées, 75020 Paris
www.389laboutique.com

.

.

Gilles Balmet & sa collection – “Happy Together”

Jusqu’au 2 octobre

Waterfalls, 2020 / Waterfalls Hybrid, 2020 – Lavis d’encre sur papier – Oeuvres préentées dans le cadre de l’exposition “Happy Together” au Pavillon Carré de Baudouin © Gilles Balmet

« Happy Together est une double exposition consacrée à la fois au travail de l’artiste Gilles Balmet et à son étonnante collection, constituée au fil d’une vingtaine d’années. L’exposition se déploie dans tout l’espace du Pavillon Carré de Baudouin en deux volets complémentaires. Le premier, au rez-de-chaussée, présente le travail personnel de l’artiste au travers d’un ensemble d’œuvres : ces séries d’œuvres sur papier explorent un territoire mitoyen entre la peinture et le dessin, l’abstraction et la représentation paysagère. Elles ont la particularité d’être réalisées sans pinceaux mais à partir de protocoles singuliers. Le second volet de l’exposition, à l’étage, se concentre sur l’autre activité à laquelle s’adonne Gilles Balmet avec passion : la constitution d’une collection d’œuvres d’art contemporain principalement échangées avec d’autres artistes. Cette exposition rare – les collections d’artistes relevant le plus souvent d’une pratique intime – est composée de 150 œuvres de 150 artistes français et internationaux, reconnus ou émergents ».

Mardi à samedi : 14h-18h – Entrée libre

Pavillon Carré de Baudouin
121 rue de Ménilmontant, 75020 Paris
www.pavilloncarredebaudouin.fr

.

.

Joyce B. & Francesco Romano Arts – “Féminin Pluriel

Du 24 juin au 4 juillet

Œuvres présentées à la galerie des Ateliers d’Artistes de Belleville dans le cadre de l’exposition “Féminin Pluriel” © Joyce B / Francesco Romano Arts

« Joyce B. et Francesco Romano Arts vous invitent à la découverte de leurs œuvres et de leurs univers sensuels et oniriques, partageant une volonté de rétablir un véritable équilibre entre le féminin et le masculin. Exhibitionnistes ou guindées, douces ou passionnées, entreprenantes ou timides : dans ‘Féminin Pluriel’, les deux artistes bellevillois souhaitent évoquer les femmes dans toute leur diversité, avec leurs forces et singularités. »

Jeudi à dimanche : 14h-19h – Entrée libre

Galerie des AAB
1 rue Francis Picabia, 75020 Paris
www.ateliers-artistes-belleville.fr

.

.

Manon Daviet, Thomas Dossou, Jacques Merle, et Lokz Phoenix – “Retrouvailles”

Du 17 au 24 juin

Oeuvres présentées dans le cadre de l’exposition “Retrouvailles” à la galerie Treize-dix

« Dans une ambiance intime, l’exposition « Retrouvailles » offre en partage les souvenirs de quatre artistes : tapissière, photographe, brodeur, et peintre-céramiste. Des techniques et des matières différentes créent une ambiance particulière et insolite pour le visiteur. Un point de vue artistique qui prolonge les retrouvailles en offrant, grâce à cette atmosphère, des moments de joie et de réflexion pour se reconnaître, se construire, et se retrouver. »

Du mardi au jeudi : 14h30-19h – Du vendredi au samedi : 14h30-20h – Entrée libre

Galerie Treize-dix
13 rue Taylor, 75010 Paris

.

.

Magali Delporte, Pierre Durand, Vincent Fillon, et Romain Jouin – “Il était une fois un confinement”

Du 25 juin au 25 septembre

Œuvres présentées dans le cadre de l’exposition “Il était une fois un confinement” sur les grilles de la résidence du Pressoir © Vincent Fillon / Magali Delporte

« Le 17 mars 2020, la France débutait son premier confinement suite à la pandémie de covid-19. À Paris, dans le quartier populaire de Belleville-Ménilmontant, une petite communauté de photographes, professionnel.le.s et amateurs assigné.e.s à résidence, penche soudainement son regard sur son environnement quotidien, ce paysage accessible immédiatement sous ses fenêtres mais quelque peu négligé par force de l’habitude. Là, dans ces grands ensembles typiques des années 1960-1970, il.elle.s découvrent un nouveau mode de vie qui se met en place, plus local, plus solidaire et plus communautaire. À travers leurs images, il.elle.s souhaitent témoigner des élans collectifs qui ont émergé en cette période, des moments de partage entre voisin.e.s qui quelque temps auparavant se connaissaient à peine. »

En plein air – Entrée libre

Résidence du Pressoir
Rue du Pressoir, rue des Maronites, rue Julien Lacroix et rue des Couronnes, 75020 Paris
Événément FB

.

.

Sophie Gaucher, Matteo Gubellini, et Agnès Pontier – “Profondeurs de Champs”

Du 8 au 14 juin

Faire face © Sophie Gaucher / La consegna di un’ombra a Carpenter © Matteo Gubellini / Zone amicale © Agnès Pontier – Œuvres présentées dans le cadre de l’exposition “Profondeurs de Champs” avec la galerie Le Serpent Vert

« Nouvelles carte du tendre, grimoires et cheminements codés,
Paysages bouillonnants avec figures palpitantes,
Au loin un cerceau se perd dans la forêt et se dévoilent de mystérieuses contrées
Agnès Pontier, Sophie Gaucher et Matteo Gubellini
nous font signe de les suivre au plus loin, au plus près… »

Mardi à dimanche : 11h-19h – Entrée libre

Galerie Le Serpent Vert
Galerie Cécilia F. – 4 rue des Guillemites, 75004 Paris
galerieleserpentvert.com

.

.

Arash Hanaei, Anaïs Lelièvre & Thomas van Reghem – “Bordures / Failles”

Jusqu’au 27 juillet

Oeuvres d’Arash Hanaei et Anaïs Lelièvre présentées dans le cadre de l’exposition “Bordures / Failles” à la galerie La Ferronnerie

« À travers les œuvres de trois artistes aux pratiques multiples, « Bordures / Failles » propose d’explorer des espaces ou territoires de transition, des constructions virtuelles ou plus concrètes traduites par la vidéo, les dessins numériques pour Arash Hanaei, par l’installation et la céramique chez Anaïs Lelièvre, par la photo et le dessin numérique pour Thomas van Reghem. Les créations de ces artistes, actuellement en résidence à Poush – Manifesto, entrent en résonance avec le thème de la saison, « Frontières », pour cette exposition à la galerie la Ferronnerie. »

Mardi à vendredi : 14h-19h – Samedi : 13h-19h – Entrée libre

Galerie La Ferronnerie
40 rue de la Folie-Méricourt, 75011 Paris
www.galerielaferronnerie.fr

.

.

Cécile Hartmann – “Le Serpent Noir”

Jusqu’au 18 juillet

Pawnee Grasslands, Nebraska – Extrait du film “Le serpent noir” (2020) © Cécile Hartmann – Courtesy de l’artiste et de la Fondation des Artistes

« Le Serpent Noir » est un projet documentaire de l’artiste et réalisatrice Cécile Hartmann, partie suivre la trace de l’oléoduc Keystone à travers les Grandes Plaines des États-Unis et du Canada. Quatre ans après les luttes des First Nations à Standing Rock et Sacred Stones contre la menace voisine du Dakota Access Pipeline, l’artiste « partage l’archive de ce ‘temps d’après’, où les luttes ont déjà laissé la place aux premières altérations du paysage et des formes de vie ». Le projet de prolongation Keystone XL s’est de nouveau invité dans l’actualité en janvier dernier, la nouvelle administration ayant révoqué le permis d’extension qui aurait vu l’oléoduc étendre son emprise à travers le Montana et l’Alberta, sur les terres des Sioux et des Blackfeet. Programmée jusqu’au 18 juillet, l’exposition « Le Serpent Noir » rassemble photographies, élément sculptural, wall-painting et sérigraphies.

Lundi, mercredi, jeudi & vendredi : 13h-18h – Samedi & dimanche : 12h-18h – Entrée libre

MABA – Maison d’Art Bernard Anthonioz
16 Rue Charles VII, 94130 Nogent-sur-Marne
+33 (0)1 48 71 90 07
www.fondationdesartistes.fr

.

.

Séverine Hettinger, Isabelle Lorion, et Lolaura – “Sœurcières

Du 10 au 20 juin

Puppets conversation – Œuvre présentée à la galerie des Ateliers d’Artistes de Belleville dans le cadre de l’exposition “Sœurcières” © Lolaura

« Trois femmes féministes qui se servent des médiums du dessin et de la peinture pour affiner leur vision et traduire leurs combats extérieurs et intérieurs, pour être elles-mêmes, des femmes libres dans un monde où surgissent inopinément des barrières pour les encercler, pour lever les voiles sur les secrets et les univers que cachent les voiles de la « réalité ». Leur art est évasion, leur art est ouverture. Elles créent un espace où se retrouver, où la sororité et l’adelphité sonnent et dansent. Ces trois-là se sont retrouvées autour de la couleur, acidulée chez Lolaura, automnale chez Séverine, et fauve chez Isabelle. »

Jeudi à dimanche : 14h-19h – Entrée libre

Galerie des AAB
1 rue Francis Picabia, 75020 Paris
www.ateliers-artistes-belleville.fr

.

.

Alain Keler – “America”

Jusqu’au 12 juin

America (New York), 1971 – Œuvre présentée dan le cadre de l’exposition “America” à la Fisheye Gallery © Alain Keler

Alain Keler arrive aux États-Unis en 1971 à l’âge de 26 ans. Enchaînant les petits boulots, il parvient à s’acheter un appareil Leica M3 pour « photographier sur son temps libre à hauteur de foules, dans les rues de New York ou de Washington, lors de la seconde investiture de Richard Nixon, entre protestations et célébrations ». En 1997, il deviendra le second Français à recevoir le prix de photojournalisme William Eugene Smith. Certains des clichés présentés dans cette « exposition retrouvée » ont dû attendre trois ou quatre décennies avant d’être développés : la Fisheye Gallery nous invite à « plonger dans les images d’un jeune passionné qui deviendra le photographe que l’on sait ».

Mercredi à vendredi : 14h-19h – Samedi 11h30-19h – Entrée libre

Fisheye Gallery
2 Rue de l’Hôpital Saint-Louis, 75010 Paris
+33 (0)1 40 37 24 19
www.fisheyegallery.fr

.

.

Daido Moriyama & Shomei Tomatsu  “Tokyo”

Jusqu’au 24 octobre

Untitled, de la série « Pretty Woman », 2017 © Daido Moriyama Photo Foundation – Courtesy of Akio Nagasawa Gallery

« Cette exposition inédite, qui met en regard les œuvres de deux maîtres de la photographie contemporaine japonaise, rassemble 400 œuvres, des années 1950 à nos jours. Première rétrospective en France consacrée à l’œuvre de Shomei Tomatsu, elle est également l’une des plus importantes expositions organisées autour du travail de Daido Moriyama depuis plusieurs années. Imaginée par les photographes eux-mêmes, du vivant de Tomatsu, elle est un témoignage vibrant de la passion que tous deux partageaient pour la capitale japonaise et ses habitants. Au Studio, espace dédié à la création émergente, le film du chorégraphe et plasticien Smaïl Kanouté fait découvrir au visiteur l’extraordinaire histoire de Yasuke Kurosan, le samouraï noir du Japon. »

Mercredi à vendredi : 11h-20h – Samedi & Dimanche : 10h-20h – 11€/7€

Maison européenne de la photographie
5/7 Rue de Fourcy, 75004 Paris
+33 (0)1 44 78 75 00
www.mep-fr.org

.

.

Lulù Nuti – “Terrain amère”

Jusqu’au 3 juillet

Sans titre (it’s not a memory) – Œuvre exposée à la galerie Chloe Salgado à l’occasion de l’exposition “Terrain amère” © Lulù Nuti – Galerie Chloe Salgado

Quelque part entre Rome et Paris, l’artiste Lulù Nuti « conçoit des sculptures et des installations qui dialoguent avec l’espace, et questionnent notre perception de la réalité, la transformation des habitudes, et notre relation à la nature et l’environnement ». L’exposition « Terrain amère » est le second projet personnel de la plasticienne présenté à la galerie Chloe Salgado, à deux pas de la place de la République. Usant de bois et de métaux, de crayons et de pastels, elle nous entraîne jusqu’au 3 juillet dans « un récit bercé de réminiscences intimes, entre souvenance et nostalgie ».

Mercredi à samedi : 14h-19h – Entrée libre

Galerie Chloe Salgado
61 Rue de Saintonge, 75003 Paris
www.galeriechloesalgado.com

.

.

Stéphane Parain – “Apophénie”

Jusqu’au 25 juin

“Magnetoception” – Oeuvre présentée dans le cadre de l’exposition “Apophénie” à l’atelier Nanoh © Stéphane Parain

« Prenant la forme de sculptures ou d’installations, l’œuvre de Stéphane Parain est influencée par l’esthétique de la sculpture classique, la scénographie du décor de théâtre et l’art urbain. Il questionne dans son travail l’aspect transitoire de la matière en s’appuyant sur la temporalité, l’organique et le structurel, pour y faire apparaitre un monde où se côtoient l’invisible et le fantastique. »

Mardi à dimanche : 13h-19h – Entrée libre

Atelier Nanoh
22 rue Jules Vallès, 75011 Paris
nanoh.art

.

.

Kerwin Rolland – “Swaying”

Du 9 juin au 4 juillet

Visuel de l’installation “Swaying” de Kerwin Rolland à La Pop

« L’installation sonore de Kerwin Rolland s’inscrit dans le prolongement de son parcours atypique de créateur. En croisant ses recherches en ingénierie acoustique et ses expériences de concerts de musique électroacoustique et électronique, il construit un système qui associe des parties du corps humain à des sons et plus précisément, à des fréquences. Ainsi, l’installation déployée dans la cale de la péniche prend la forme d’une expérience de mise en vibration du corps des visiteur·euse·s. Cette exploration immersive unique fait appel à des procédés scientifiques, relationnels et synesthétiques, le concept de fréquence pouvant être traduit aussi bien, en son, qu’en couleur, ou en cycle temporel. »

Mercredi à dimanche : 13h-19h – Entrée libre

La Pop
Péniche amarrée face au 61 quai de la Seine, 75019 Paris
lapop.fr

.

.

Jérôme Sainte-Luce – “Lespwineg : Esprits, là”

Du 3 juin au 4 juillet

Œuvre présentée dans le cadre de l’exposition “Lespwineg : Esprits, là” à la galerie DerniersJours © Jérôme Sainte-Luce

« À travers une trentaine de dessins et peintures réalisés dans son atelier de Trois-Rivières, Jérôme Sainte-Luce présente un monde imaginaire articulé entre mémoire et travail de recherche visuelle sur des vestiges de la culture amérindienne en terre guadeloupéenne. Son travail évoque la légèreté de l’enfance et la mort à travers un art brut et frontal. Sous des gestes relevant de la trace à l’instinct et des couleurs éclatantes sur toile et papier, obtenues par mélanges d’acrylique, d’encre de chine, de fusain, de crayon, de pastel et de collage. »

Mercredi à vendredi : 16h-19h – Samedi : 12h-15h – Entrée libre

Galerie Derniers Jours
5 rue Saint-Blaise, 75020 Paris
derniersjourscom.wordpress.com

.

.

“100% L’Expo – Sorties d’écoles”

Jusqu’au 20 juin

Œuvres issues de la série “Aithō, je brûle”, présentées dans le cadre de l’exposition “100% L’Expo – Sorties d’écoles” au jardin des miroirs de la Villette © Adeline Care

L’exposition annuelle de la Villette dédiée à la jeune création contemporaine s’expose tout d’abord en plein air, avec un parcours d’installations et de photographies qui se dévoile pour une durée prolongée aux alentours de la Grande Halle. Le parc culturel parisien accueille cette année les plasticiennes et plasticiens Charlotte Denamur, Valentin Guillon, Amandine Guruceaga, Prosper Legault, Louise Mutrel, Ji-Min Park, Gwendoline Perrigueux, ou encore Leila Villmouth. Au fil de la galerie, entre l’avenue Jean Jaurès et le canal de l’Ourcq, les visiteurs pourront également découvrir des séries réalisées par les six jeunes photographes Adeline Care, Louis Desnos, Elsa Leydier, Robin Plus, Gaël Silière, et Heng Zheng. Depuis le 19 mai dernier, de nouvelles performances et installations sont par ailleurs visibles sous la Grande Halle de la Villette.

Grande Halle de la Villette et alentours – Entrée libre

La Villette
Parc de la Villette, 75019 Paris
lavillette.com

.

.

“Drawing Now Alternative”

Du jeudi 10 au dimanche 13 juin

MARBA21 – Œuvre présentée dans le cadre de “Drawing Now Alternative” © Marcella Barceló – Courtesy Galerie Anne de Villepoix

« Plus de trente galeries se rassemblent pour vous proposer un événement alternatif au sein d’un ancien grand magasin du Faubourg Saint-Antoine. Les visiteurs seront invités à s’inscrire par créneaux horaires afin de bénéficier d’un grand confort de visite, dans le respect des protocoles sanitaires. Avec ce nouveau format, l’équipe du salon du dessin contemporain renoue avec son ADN après avoir investi différents lieux à ses débuts. Drawing Alternative s’adapte afin de garantir un espace de découverte et de rencontres avant l’été autour de la diversité du dessin contemporain de ces 50 dernières années. À cette occasion, le Prix Drawing Now 2020, reporté en 2021, sera remis à l’un des artistes nommés : Nicolas Daubanes représenté par la Galerie Maubert, Odonchimeg Davaadorj représentée par la Galerie Backslash, Mathieu Dufois représenté par la Galerie C, Delphine Gigoux-Martin représentée par la Galerie Claire Gastaud, et Julien Tiberi représenté par la Galerie Semiose. Le Printemps du dessin, et sa programmation riche à Paris et en région, vient compléter cette démarche autour de la promotion du dessin contemporain ! »

11h-20h – Entrée libre sur réservation

Drawing Now Art Fair
42 rue du Faubourg Saint-Antoine, 75012 Paris
www.drawingnowartfair.com

.

.

“Hotel Sahara”

Du 12 juin au 2 octobre

Œuvres présentées dans le cadre de l’exposition “Hotel Sahara” aux Magasins généraux © Hiba Elgizouli / Ismail Zaidy & Hanin Tarek

« Après les succès de « Par amour du jeu » en 2018 et de « Futures of Love » en 2019, les Magasins généraux présentent leur troisième saison culturelle d’été, « Hotel Sahara », du 12 juin au 2 octobre 2021. Labellisée dans le cadre de la Saison Africa2020, Hotel Sahara se compose d’une exposition imaginée lors d’une résidence de dix jeunes artistes aux portes du désert, d’un festival dédié à la danse, la musique, la performance et la parole, d’ateliers, et d’actions de médiation. Les artistes de la résidence et de l’exposition, issus de différents champs de la création, ont entre 22 et 35 ans et sont originaires de sept pays en partie traversés par le Sahara. L’événement estival réunira ainsi Alex Ayed, Tewa Barnosa, Salim Bayri, Tayeb Bayri, Hiba Elgizouli, Famakan Magassa, Sara Sadik, Ahmed Serour, Hanin Tarek, et Ismail Zaidy. Les artistes ont été invités à explorer et à interroger, à partir de leurs vécus et de leurs expériences personnelles, les imaginaires majeurs du vaste espace saharien : ce qu’ils révèlent, indiquent, mais également ce qu’ils occultent. »

Mercredi à dimanche : 12h-19h – Exposition et festival en entrée libre

Magasins généraux
1 rue de l’Ancien Canal, 93500 Pantin
magasinsgeneraux.com

.

.

“Paysages tactiles”

Jusqu’au 26 juin

“Maya” – Œuvre présentée dan le cadre de l’exposition “Paysages tactiles” à Mémoire de l’Avenir © Laura McCallum

« L’exposition Paysages Tactiles propose d’aborder de manière sensible le paysage dans ses dimensions physiques et mentales, en créant des espaces de partage plastiques et sonores communs aux non-voyants et aux voyants. Entièrement tactile, elle réunit cinq artistes (Marie-Claire Corbel, Delphine Gauly, Lamozé, Laura McCallum et Juliette Vivier) qui nous invitent à toucher, à entendre, à voir différentes œuvres qui sont autant de propositions de paysages à expérimenter. Par l’estampe, la céramique, le textile, des installations interactives et des objets divers, les artistes cherchent à convoquer nos sens, notre imaginaire et nos émotions afin d’interroger ce qui fait un paysage, au-delà des limites traditionnelles de son appréhension. »

Mardi à samedi : 11h-19h – Entrée libre

Mémoire de l’avenir
45 rue Ramponeau, 75020 Paris
www.memoire-a-venir.org

.

.

“The Call of the Wild”

Jusqu’au 12 juin

Vue de l’exposition “The Call of the Wild” à la galerie Sabine Bayasli

Au cœur du Marais, la galerie Sabine Bayasli rassemble dix jeunes talents avec l’exposition collective « The Call of the Wild ». Comme toujours de grande qualité, cette sélection internationale haute en couleurs permettra aux visiteurs de découvrir des œuvres d’Elvire Caillon, Tristan Chevillard, Jérôme Combe, Fabien Conti, Paul Iratzoquy, Lena Keller, Thomas Lesigne, Theresa Möller, Karolina Orzełek, et Florian Viel.

Mardi à samedi : 12h-19h – Entrée libre

Galerie Sabine Bayasli
99 Rue du Temple, 75003 Paris
galeriesabinebayasli.com

.

.

“Fils du temps, connexions textiles”

Jusqu’au 24 juillet

“Mer d’Aral”, œuvre présentée dans le cadre de l’exposition “Fils du temps, connexions textiles” au Centre Tignous d’art contemporain © Sylvie de Meurville – Photographie © Atelier Find Art

« Loin de vouloir faire une anthologie figée de l’art textile, l’exposition tente, à travers les travaux différents et complémentaires d’une dizaine d’artistes, de faire résonner création contemporaine et art populaire autour du fil. Le tissage et le fil, symboles autrefois de la vie et du temps, sont-ils encore de nos jours facteurs de liens et de connexions humaines, visibles ou invisibles ? C’est précisément par le biais du fil que des artistes tentent aujourd’hui de s’emparer du temps, de le dominer, de le marquer, comme pour s’en extraire. Ils nouent des liens, brodent, cousent, colorent… Dans un travail de patience sans cesse renouvelé, ils nous entraînent à l’exploration des gestes traditionnels comme des technologies contemporaines. »

Mercredi à vendredi : 14h-18h (jusqu’à 20h le jeudi) – Samedi : 14h-19h – Entrée libre

Centre Tignous d’art contemporain
116 Rue de Paris, 93100 Montreuil
+33 (0)1 71 89 28 00
centretignousdartcontemporain.fr

.

.

“Les Damnés de la Commune, sur les traces d’une révolution”

Jusqu’au 30 juin au Pavillon Carré de Baudouin – Exposition complémentaire jusqu’au 2 juillet devant la mairie de Paris Centre

Hôtel de ville proclamation de la Commune de 1871 dessin de Lamy Le Monde illustré - Copie
La Commune est proclamée, place de l’Hôtel de ville – 28 mars 1871 © Lamy – Le Monde illustré

Basée sur l’œuvre graphique de Raphaël Meyssan, qui a rassemblé pendant huit ans des milliers de gravures du XIXème siècle, cette exposition en plein air nous plonge dans l’histoire de la Commune à travers des images de l’époque. On y retrouvera « des rues, des places, des bâtiments qu’on croyait connaître et se chargent d’histoire : les Folies-Belleville où l’on rêvait de changer le monde avant l’insurrection, l’Hôtel de ville devenu le cœur battant de la cité pendant la Commune, la place Vendôme où l’on renversa sa colonne symbole des guerres, le Père-Lachaise et les derniers combats de la Semaine sanglante… »

En plein air

Pavillon Carré de Baudouin
Rue des Pyrénées & Rue de Ménilmontant, 75020 Paris
quefaire.paris.fr

Mairie du Centre
2 rue Eugène Spiller, 75003 Paris
quefaire.paris.fr

.

.

“1871, les 72 jours de la Commune”

Jusqu’au 28 juin devant la mairie du 11ème

“The Women of Paris”, 29 avril 1871 © James Dromgole Linton – Musée Carnavalet – Roger-Viollet

À travers une vingtaine de panneaux en extérieur, cette exposition revient sur le soulèvement du printemps 1871 en décrivant tour à tour ses principales étapes, des espoirs d’une révolution naissante à sa tragique répression. Elle illustre également quelques-unes des décisions les plus marquantes de la Commune : enseignement gratuit et laïc, séparation de l’église et de l’État, nouveaux droits sociaux, allègement des loyers, et réquisition des logements vacants pour abriter les nécessiteux. Également visible en ligne, l’exposition a été réalisée par le Comité d’histoire de la ville de Paris sous le commissariat de Roger Martelli, avec la contribution de l’association Les Amies et Amis de la Commune de Paris.

En plein air sur les grilles

Mairie du 11ème arrondissement
Place Léon Blum, 75011 Paris
quefaire.paris.fr

.

.

.

.

.

.

.

Photographie d’illustration (recadrée) :
MARBA21 – Œuvre présentée dans le cadre de “Drawing Now Alternative”

© Marcella Barceló – Courtesy Galerie Anne de Villepoix

.

.

.

5 thoughts on “Juin 2021 : Les expositions à découvrir ce mois-ci dans l’est parisien”

Laisser un commentaire