Un nouveau mur dédié aux artistes dans le 11ème arrondissement

Les artistes disposent d’une nouvelle surface d’expression en plein air à Paris : une façade d’immeuble de 19 mètres carrés surplombant la rue de la Roquette, à deux pas de la place de la Bastille. C’est l’artiste Madame qui a ouvert le bal le 14 février dernier avec une œuvre toute en poésie.

« Chaque trimestre, une carte blanche sera donnée à une ou un artiste pour réaliser une œuvre, éveillant la sensibilité du citadin et réactivant son imaginaire », promet l’équipe du M.U.R. Bastille après avoir dévoilé cette première fresque. On doit cette initiative à un couple du quartier, Pascale et Raphy Cohen, accompagnés dans cette nouvelle démarche par l’historien de l’art Cyrille Gouyette, auteur d’expositions et d’ouvrages sur les relations entre art classique et urbain.

Le mur est situé au-dessus de Bastille Optic, la boutique de Pascale, ouverte il y a 33 ans au 38 de la rue de la Roquette. Impliquée dans la vie du quartier, cette opticienne a fondé en 2010 l’association de professionnels et de commerçants locaux Carré Bastille, puis le festival Bastille – Quartier Libre, destiné à « promouvoir le savoir-faire des artisans, créateurs, artistes et commerçants de proximité ». Pascale Cohen a l’habitude d’ouvrir ses portes au monde de l’art : en septembre dernier, elle avait accueilli une exposition de la photographe Laurence Koursia pour la seconde édition de l’événement culturel Le Génie en liberté.

Pour l’artiste Madame, reconnue pour ses collages oniriques agrémentés de maximes, « ce mur parle d’une petite histoire, mais qui, je le crois, je l’espère, résonne particulièrement aujourd’hui. Je crois que les beaux jours sont à venir, je veux le croire, parce que, sans cela, rien n’est non seulement possible, mais rien n’a de sens. Alors à la personne pour qui j’ai fait ce mur, comme à ceux qui m’ont si délicatement invitée, choyée, à celle qui m’a aidée, à ceux qui m’entourent et que j’ai la chance d’avoir auprès de moi, buvons le fond de ce vilain breuvage qui semble ne pas en finir, pour peut-être mieux apprécier le prochain, qui sera, à n’en pas douter, bien meilleur… »

.

.

Les œuvres des artistes exposés seront reproduites en lithographies, imprimées en cinquante exemplaires numérotés et signés. Ces reproductions sont réalisées dans l’atelier d’art de Michael Woolworth, situé dans le passage du Cheval Blanc, à l’entrée de la rue de la Roquette. Il sera par ailleurs possible d’en faire l’acquisition dans la boutique de Pascale Cohen : encore un bel exemple du dialogue créatif entre les professionnels du quartier !

Cette nouvelle surface d’expression artistique rappelle d’autres initiatives similaires à travers le 11ème arrondissement, dont certains quartiers – le Bas-Belleville, Oberkampf, Bastille – comptent parmi les hauts lieux du street art dans la capitale. Les habitantes et habitants de l’est parisien connaissent bien le M.U.R. Oberkampf (Modulable, Urbain, Réactif) où se relaient une ou un nouvel artiste toutes les trois semaines environ. Leurs œuvres colorent ainsi tour à tour l’une des façades de « la place Verte », au croisement de la rue Oberkampf et de la rue Saint-Maur. À deux pas de là, citons également le Mur des 3 Couronnes : ornant la façade d’une « friche urbaine » au numéro 11 de la rue éponyme, les œuvres de ses artistes sont dédiées au thèmes « de l’entraide, de l’environnement, et du mal logement ».

.

.

Le lieu :

Le Mur Bastille
38 rue de la Roquette, 75011 Paris
lemurbastille@gmail.com

.

La première artiste exposée :

Madame
Site : madame.studio
Facebook : facebook.com/madamestreetart
Instagram : instagram.com/madamedepapier

.

.

Photographies d’illustrations : Gauche © Paris Lights Up / Droite © Madame

Laisser un commentaire