École des Amandiers (20e) : Après une forte mobilisation locale, la mère d’élèves qui risquait l’expulsion pourra rester en France

« L’obligation de quitter le territoire français de Mme S. a été annulée », ont annoncé ce jeudi des parents d’élèves de l’école des Amandiers (20e arrondissement). Une pétition de soutien à cette mère de trois jeunes enfants scolarisés sur place avait réuni près de 900 signatures.

Représentée par l’avocate Sophie Tournan, spécialiste du droit des étrangers, Mme S. avait notamment reçu l’appui du Réseau Éducation Sans Frontières (RESF) avant son audience au Tribunal administratif du 8 février dernier. Dans le cadre de son appel solidaire, le collectif précisait que Mme S. « vit à Paris depuis 2018 avec son mari. Ce dernier possède un titre de séjour comme salarié. Ils ont trois enfants, scolarisés dans les écoles élémentaire et maternelle Amandiers ».

 

 

Mme S. avait reçu une décision d’obligation de quitter le territoire français (OQTF) suite à sa demande de titre de séjour. La mesure administrative signifiait à cette mère d’élèves son obligation de « retourner en Égypte, avec ses enfants, afin d’y déposer une demande de regroupement familial. Or, ces démarches – dont l’issue est incertaine – peuvent prendre plusieurs années, [conduisant] inévitablement à l’éclatement de la cellule familiale ainsi qu’à une rupture dans la scolarisation des trois enfants », redoutait RESF.

Le personnel de l’école, des parents d’élèves, et des riveraines et riverains s’étaient mobilisés en nombre pour dénoncer la situation, mettant en avant la participation de la famille aux activités de l’établissement. « Ces parents s’impliquent dans la vie de l’école, se portent toujours volontaires pour accompagner les sorties scolaires, et Mme S. assiste de manière assidue aux cours de français dispensés par l’école Amandiers. Par ailleurs, ils viennent d’acheter un appartement à l’est de Paris. L’avenir de cette famille est en France ! », objectait l’appel à soutenir la mère d’élèves.

Cette pétition avait recueilli au total près de 900 signatures, dans un élan de solidarité locale qui n’est pas sans rappeler la mobilisation des riveraines et riverains qui avait permis d’accompagner les démarches de régularisation du jeune kiosquier de la place Jacques Bonsergent (10e arrondissement) l’an dernier. À deux pas de l’école des Amandiers, le quartier de Ménilmontant démontre une nouvelle fois sa fibre solidaire en soutenant aujourd’hui la librairie papeterie La Maronite, dont le propriétaire redoute la fermeture prochaine. Une association de résidents vient d’ailleurs de lancer une plateforme pour venir en aide au libraire, installé sur place depuis 29 ans.

 

 

Illustration : Photographie : Banderole de soutien des parents d’élèves à l’angle de l’école des Amandiers – Paris 20e
© Paris Lights Up

 

 

Laisser un commentaire