« Chacun était quelqu’un » : L’hommage annuel en mémoire des morts de la rue prévu le 15 mars prochain dans le 19e

Le collectif Les Morts de la Rue organise le 15 mars prochain une marche silencieuse en mémoire des centaines de personnes disparues à la rue l’an dernier. L’hommage débutera à 12h15 place de la bataille de Stalingrad, et se terminera au parc des Buttes-Chaumont.

D’après la dernière enquête du collectif Les Morts de la Rue, au moins 528 décès de personnes ayant connu la rue ont été recensés en France l’an dernier. Elles et ils avaient en moyenne 48 ans – près de trente de moins que l’âge de décès observé dans la population française en général. Lors d’un précédent hommage, le collectif Les Morts de la Rue rappelait que « durant les trois derniers mois avant son décès, chacune de ces personnes a vécu majoritairement dans des lieux non faits pour l’habitation, ou en centre d’hébergement d’urgence ou temporaire ».

 

Pyramide des âges au décès entre population générale et personnes sans chez sois recensées par le collectif Les Morts de la Rue en 2020

 

Il est très difficile de connaître la trajectoire personnelle de certaines victimes de la rue, c’est pourquoi les associations et les chercheurs spécialisés considèrent que le nombre de décès recensé reste largement sous-estimé. Publié en novembre 2021, le dernier rapport annuel du collectif, par ailleurs basé dans le 19e arrondissement de la capitale, rappelait à quel point la région Île-de-France est meurtrie par ce fléau. Le territoire concentrait à lui seul 45% des décès de personnes sans domicile en 2020, contre une proportion de 13,5% des disparitions dans la population générale. Paris détient un triste record départemental, avec près de 27% de tous les décès liés au sans-abrisme en France sur l’ensemble de la période 2012-2018.

Signe du paradoxe et de la brutalité que représente la persistance du « sans-abrisme », des chiffres récemment publiés par l’Atelier parisien d’urbanisme estiment que près de 18 600 logements étaient « durablement vacants » à Paris en fin d’année 2020. Dans la capitale, seuls 80% des logements sont « occupés toute l’année par des ménages dont c’est la résidence principale » : en effet, 9% sont des résidences secondaires, et 11% sont considérés comme vacants. Selon d’autres données, celles de l’Insee, la région Île-de-France compterait autour de 400 000 logements vides, dont près de 117 000 dans la seule capitale : plus d’une quarantaine pour chacune des 2 600 personnes à la rue recensées le mois dernier à Paris lors de la Nuit de la Solidarité 2022.

Rappelant que « vivre à la rue tue », le collectif Les Morts de la Rue fournit dans sa dernière enquête une liste de recommandations « dont la principale est la juste application du droit existant, notamment au niveau administratif – le droit à la domiciliation n’est pas effectif sur l’ensemble du territoire, tout comme l’accès à la demande d’asile, et le tout numérique mis en place dans les préfectures et sous-préfectures renforce les inégalités envers les plus vulnérables ». Il préconise aussi de « prévenir la perte de logements et les expulsions locatives », précisant que leurs conséquences « sont multiples ; à la fois psychologiques, sociales, et sanitaires. Elles renforcent la vulnérabilité de ces personnes déjà en situation précaire et les conduisent dans certains cas à un parcours d’errance ».

Après des installations-hommages organisées ces dernières années par le collectif au jardin Villemin (10e arrondissement) puis autour du lac des Buttes-Chaumont (19e), la marche silencieuse prévue le 15 mars prochain autour du thème « Chacun était quelqu’un » rejoindra le grand parc de l’est parisien depuis la place de la bataille de Stalingrad. À quelques jours de la fin de la trêve hivernale, prévue le 31 mars, l’événement permettra de rappeler les noms, les âges, et les parcours de vie des personnes disparues.

 

 

Marche en mémoire des morts de la rue
Mardi 15 mars – 12h15-13h45
Place de la bataille de Stalingrad, 75019 Paris
www.mortsdelarue.org

 

 

Photographie : Hommage aux morts de la rue du 30 mars 2021 – Parc des Buttes-Chaumont, Paris 19e
© Paris Lights Up

 

 

One thought on “« Chacun était quelqu’un » : L’hommage annuel en mémoire des morts de la rue prévu le 15 mars prochain dans le 19e”

Laisser un commentaire