En images : Au Fil du Rail, un nouveau lieu de la Petite ceinture du 19e « ancré dans son quartier »

Après avoir remporté l’appel à projets de la SNCF « À l’Orée de la Petite ceinture » au printemps, les équipes du projet Au Fil du Rail organisaient ce samedi une première journée portes ouvertes. Au programme pour les douze prochaines années : « mode circulaire et solidaire, bien-manger, et pratiques artistiques ».

.

.

Au nord des quartiers de la Villette et Pont-de-Flandre (19e), ce projet « portant sur l’économie sociale et solidaire autour du textile et de l’alimentation » réunit Bellevilles« foncière responsable ESUS (entreprise solidaire d’utilité sociale) » disposant d’une antenne locale, et le cabinet d’architecture Grand Huit, basé sur les rives du canal de l’Ourcq. Dans le cadre d’un contrat d’occupation de douze ans, la reconquête du site associe également l’association Espace 19, l’école de mode IFA Paris, les créations éco-responsable de La Textilerie, les cuisines solidaires de Mam’Ayoka, le collectif d’habitants Couleurs de Pont-de-Flandre, et le centre social et culturel Rosa Parks.

L’équipe lauréate promet un lieu « porté par des acteurs locaux et ancré dans le quartier, où se mêlent mode circulaire et solidaire, alimentation inclusive et durable, ainsi que festivités et culture pour tous ». Le mandataire et l’architecte ont déjà signé plusieurs réalisations dans l’est parisien, notamment à la suite d’initiatives portées par l’État et les collectivités locales : la foncière Bellevilles participe ainsi au développement du lieu dédié aux métiers de la ville La Grande Coco (20e arrondissement), tandis que Grand Huit a contribué aux projets La Maison des CanauxLa Ferme du Rail ou Au Bagage du Canal, tous dans le 19e.

Ce samedi 18 septembre, les équipes d’Au Fil du Rail ont profité de l’occasion des Journées européennes du patrimoine pour ouvrir les portes de cet ancien entrepôt à charbon utilisé jusque dans les années 1970. Devant l’imposant bâtiment en briques d’une surface de 636 mètres carrés, les membres du collectif accueillent visiteurs et curieux sur les pelouses environnantes de la Petite ceinture. Autour d’appétissantes pâtisseries préparées par la coopérative Mam’Ayoka, ils décrivent les clichés du dernier défilé de mode organisé par les associations qui font vivre le projet. L’après-midi avait débuté par une animation musicale, avant un atelier textile zéro déchet et des activités artistiques dédiées aux enfants.

Si d’importants travaux sont à prévoir, les équipes de Bellevilles imaginent avec enthousiasme le futur quotidien du lieu. Au rez-de-chaussée s’installera un « pôle textile, avec une recyclerie, une école de design et de mode utilisant des matériaux responsables, et même un espace boutique », pour permettre à celles et ceux qui étudient sur place, ou entreprennent dans le quartier, de présenter et vendre leurs productions. C’est l’un des aspects phares du projet, qui ambitionne de « devenir le lieu francilien de référence pour l’économie circulaire et solidaire dans les champs du textile et de l’alimentation ».

L’étage, ouvert sur un tronçon surélevé de l’ancienne voie ferrée, sera dédié aux activités culturelles et événementielles, « à l’image des salles des fêtes » qui contribuent à l’animation des petites communes ou des « maisons de quartier ». Bientôt surmonté d’une mezzanine, il accueillera un « café et restaurant solidaire » avec les équipes de Mam’Ayoka aux cuisines. « L’idée est de rester abordable » avec une carte accessible aux riveraines et riverains, et la possibilité d’accueillir des événements familiaux comme professionnels – la capacité actuelle de la salle est de 200 personnes. Côté culture (défilés de mode éthique, concerts, expositions), Bellevilles souhaite « autant que possible une programmation gratuite pour les habitants ». D’autres initiatives sont à l’étude « pour que ces derniers s’approprient le lieu », avec des propositions d’événements artistiques, des cours de soutien scolaire, etc.

Si ce programme devrait se dévoiler plus en détails dès les mois qui viennent, une ouverture complète est annoncée pour mi-2023. Les aménagements prévus devraient nécessiter un an de travaux, chiffrés à un million d’euros. Les équipes de Belleville envisagent « une part de financement public », qui garantirait selon elles une meilleure accessibilité des activités tout en renforçant « les objectifs sociaux et culturels » du projet. Dans cette optique, Au Fil du Rail a candidaté au Budget participatif de la ville de Paris et a été retenu parmi les derniers projets à départager lors de cette édition 2021. Pour rappel, les votes sont ouverts jusqu’au mardi 28 septembre prochain à 20h.

Au Fil du Rail est l’un des trois lauréats des appels à projets « À l’Orée de la Petite ceinture », résultant du protocole-cadre conclu en 2015 entre le groupe SNCF et la ville de Paris pour « développer conjointement les nouveaux usages pour la Petite ceinture ferroviaire dans le respect de son origine, de son histoire, de son patrimoine naturel ». Les deux autres sites concernés par ces contrats de douze ans sont situés dans le 15e et le 20e arrondissement. Les dossiers de candidature précisaient que le périmètre des occupations « ne comprend pas les tronçons de la plateforme ferroviaire de la Petite ceinture, sous gestion de la ville de Paris, qui continuent d’être affectés à des promenades ouvertes (ou à ouvrir) au public ». Par ailleurs, les activités mises en place par les lauréats ne pourront pas « porter atteinte aux caractéristiques environnementales et à la fonction écologique » des sites et devront « sauvegarder le potentiel de l’infrastructure pour l’accueil d’un système de transport ferroviaire de marchandises ou de personnes ».

Alors que les voies de la Petite ceinture de la rive gauche font la joie des promeneurs depuis le début des années 2010, les conversions d’anciens sites ferroviaires se multiplient ces dernières années dans l’est de la capitale. On peut citer l’ouverture en 2017 de la Gare Jazz, désormais voisine d’Au Fil du Rail, du tronçon de Ménilmontant devenu un parc parisien à part entière en 2019, de la Ferme du Rail la même année, sans oublier la réouverture de l’ancienne gare puis salle de concert La Flèche d’Or.

.

.

Au Fil du Rail
95/105 rue Curial, 75019 Paris
FacebookInstagram

.

.

Photographies © Paris Lights Up

.

.

Laisser un commentaire