La (vraie) carte des aménagements provisoires pour cyclistes et piétons dans la capitale

La ville de Paris a dévoilé la carte mise à jour des nouveaux aménagements prévus afin d’éviter un afflux trop important d’usagers sur les routes et dans les rames de métro à l’heure du déconfinement.

Concernant les cyclistes, près de cinquante kilomètres de voies provisoires seront progressivement mises en place dans la capitale, auxquels s’ajoutent environ le double dans les départements de la Petite couronne.

Carte Paris Transports Déconfinement

Carte interactive comprenant le détail pour chaque voie –

À travers l’Est parisien, les principales pistes cyclables temporaires seront situées le long de la rue La Fayette (Xème arrondissement), de l’axe rue de la Grange-aux-Belles (Xème) — rue de Meaux (XIXème) — rue Petit (XIXème), et de l’axe avenue de la République (XIème) — avenue Gambetta (XXème), avec une fourche sur la rue Belgrand.

La fermeture de la rue de Rivoli à la majorité de la circulation sera prolongée vers l’est par un autre itinéraire cyclable temporaire, celui-ci dans la continuité de la rue du Faubourg Saint-Antoine et du Cours de Vincennes.

Du côté des piétons, une trentaine d’axes majeurs s’apprêtent également à connaître des aménagements en vue de « sécuriser les déplacements » — en général la suppression d’une file de stationnement pour élargir l’espace dédié à la circulation piétonne. Voici les axes concernés dans les quartiers de l’Est parisien   :

• rue du Temple — entre la rue de Montmorency et la rue de Bretagne (IIIème arrondissement).

• rue du Roi de Sicile (IVème arrondissement).

• rue Saint-Paul (IVème arrondissement).

• quartier du Faubourg Saint-Denis : rectangle délimité par le boulevard de Bonne Nouvelle, la rue d’Hauteville, la rue de Paradis et le boulevard de Strasbourg (Xème arrondissement).

• rue du Faubourg du Temple — entre le boulevard Jules Ferry et l’avenue Parmentier (Xème & XIème arrondissements).

• boulevard de Belleville — entre la rue de Belleville et la rue des Couronnes (XIème et XXème arrondissement).

• rue Oberkampf — entre la rue Gambey et l’avenue Parmentier (XIème arrondissement).

• rue de la Roquette — entre la Place Léon Blum et la rue Pache (XIème arrondissement).

• rue d’Aligre (XIIème arrondissement).

• rue de Bercy (XIIème arrondissement).

• rue de la Brèche aux Loups — entre la rue de la Lancette et la rue de la Durance (XIIème arrondissement).

• rue de Meaux — entre l’avenue de Laumière et la rue du Rhin (XIXème arrondissement).

• rue de Belleville — entre la rue des Pyrénées et la rue Pixérécourt (XIXème & XXème arrondissement).

• rue d’Avron — entre le boulevard de Charonne et le boulevard Davout (XXème arrondissement.

• rue des Pyrénées — entre la Place Gambetta et la rue Orfila (XXème arrondissement).

Cette expérimentation de crise laissera peut-être une trace positive dans l’urbanisme parisien, avec une politique d’élargissement des trottoirs et de l’espace dédié aux déplacements doux plus ambitieuse encore.

D’après une étude de l’Insee de 2017, seuls 12.3% des Parisiennes et Parisiens s’en remettaient chaque jour à leur véhicule pour se rendre au travail — contre 64.8% des actifs utilisant en parallèle les transports en commun. Pourtant, à travers la capitale, près de 50% de la voirie est encore dédiée à la seule circulation automobile.

Laisser un commentaire