Le camp de migrants du Parc de la Villette évacué

Moins d’une semaine après son installation au cœur du Parc de la Villette pour alerter l’opinion et les pouvoirs publics, le campement a été évacué par les services de la préfecture ce mercredi 28 août au matin.

Comme l’avis d’expulsion émis la veille par la préfecture de police le laissait présager, l’association Utopia 56 a confirmé l’évacuation des 160 personnes nouvellement rassemblées au bord du Canal de l’Ourcq. Des dizaines de tentes y accueillaient depuis le 22 août dernier une majorité de familles, dont plus d’un tiers d’enfants.

 

Venus d’un autre campement du XIXème arrondissement, aux abords de la gare Rosa Parks, ces réfugiés et sans-abris étaient lassés de l’insécurité liée à la présence de nombreux hommes célibataires parmi ses occupants – l’épidémie d’addiction au crack dans le nord de Paris ne facilitant guère la cohabitation avec de jeunes enfants. En coordination avec Utopia 56, les migrants avaient souhaité à travers ce nouveau déménagement « être visibles », interpellant tour à tour les Parisiens, la presse et les décideurs politiques.

Pour les responsables de l’association d’aide aux migrants qui assurait déjà l’accueil du public à la « Bulle » de la Porte de la Chapelle, « les mille tentes présentes aux portes de Paris et les dizaines de familles à la rue ne suscitent plus la moindre indignation et font désormais partie du paysage nord-parisien. Pour ne pas rester invisibles le long du périphérique et cantonnées dans un espace d’exclusion, ces familles ont décidé de s’établir dans un réel lieu de la vie parisienne ». Utopia 56 revendique aujourd’hui pour elles le droit à « un hébergement total, pérenne et inconditionnel ».

L’action a semble-t-il porté ses fruits : une quarantaine de personnes avaient déjà été accueillies dans un gymnase par la Ville de Paris avant l’évacuation de ce mercredi. D’autres familles devraient bénéficier de « solutions à moyen terme » d’hébergement, suite au travail de l’association France Terre d’Asile en lien avec les services de la préfecture.

Malgré ses récents déboires avec la capitaine du Seawatch 3, Pia Klemp, la maire de Paris partage au moins la volonté de donner la visibilité qu’elle mérite à cette crise aussi durable qu’anachronique, rappelant les tristes heures de la Zone aux portes de la capitale. Se rendant régulièrement sur les campements du nord-est parisien, Anne Hidalgo relaie aujourd’hui les demandes des maires des grandes villes de France, « abandonnés » face à cette « situation indigne », pour un plus grand engagement de l’État.

Au gré des évacuations régulières menées par les autorités, plusieurs campements de migrants subsistent et se succèdent dans la capitale et à sa périphérie, malgré les « 15 000 personnes mises à l’abri » depuis le début de l’année annoncées par la préfecture. Dans le quartier de la Porte de la Chapelle, au bord des canaux du nord-est parisien, aux alentours du périphérique, ainsi qu’à Saint-Denis et Saint-Ouen, les tentes et leurs quelques milliers d’occupants font désormais partie du quotidien. Dans le même temps, 17% des logements parisiens sont vacants ou rarement occupés – un total de plus de 230 000 appartements vides.

Une réponse sur « Le camp de migrants du Parc de la Villette évacué »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s