Le projet du TEP Ménilmontant « remis en discussion »

L’avenir de la parcelle de 5 300m² située face au cimetière du Père Lachaise a fait l’objet d’une mobilisation croissante ces derniers mois.

Au 49-53 du Boulevard du même nom, le projet de réaménagement du « TEP Ménilmontant » n’aura finalement pas lieu dans les conditions prévues initialement par la mairie et Paris Habitat – création de 85 logements sociaux, un gymnase, deux terrains d’éducation physique, un local associatif et des espaces végétalisés dont un jardin partagé.

Le maire du 11ème arrondissement dont dépend le projet, François Vauglin (PS), l’a annoncé ce mercredi :

 

Avalisé après une concertation en 2012, le projet de réaménagement a suscité ces derniers mois une contestation grandissante de la part de riverains – auxquels se sont rapidement ralliés les représentants de l’opposition municipale parisienne, ainsi que les écologistes. Dans l’arrondissement le plus dense de Paris, ils dénoncent en premier lieu la perte d’un espace vert devenu denrée rare.

Manifestations, « piques-niques participatifs », et blocages : devant les grilles du TEP Ménilmontant, les habitants du quartier ont pu constater la motivation des opposants au projet depuis la fermeture de la « friche éphémère » La Base Filante après l’été 2018. Le 8 avril dernier, les habitants ont ainsi empêché une pelleteuse de poursuivre les travaux.

Après l’ouverture de débats bienvenus quant à l’avenir du périphérique et le report remarqué du projet du CDG Express, on peut se féliciter que les thématiques environnementales aient le vent en poupe. Les résultats des élections européennes – notamment à Paris, où EELV a obtenu en moyenne 20% des suffrages exprimés – n’y sont certainement pas étrangers.

Il faut cependant se défier d’une approche élitiste qui verrait trop souvent triompher les demandes « Nimbys » de certains résidents privilégiés (quelques arbres de plus et une vue dégagée) au détriment du plus grand nombre – et notamment des Parisiens les moins favorisés. On peut regretter qu’un report intégral du projet « remis en discussion » signifierait également celui de la création de 85 logements sociaux, dont neuf équipés pour l’accueil des personnes en situation de handicap, dont Paris a également grand besoin.

Dans la capitale plus qu’ailleurs, les thématiques écologiques ne peuvent s’imposer au détriment de la question sociale. Et il faut reconnaître à la majorité conduite par Anne Hidalgo d’avoir su obtenir des résultats concrets à la fois dans le domaine de l’environnement (voies sur berge, construction durable) et dans celui du logement (encadrement des loyers, création de logements sociaux).

Il serait ainsi malvenu que la bonne dynamique des écologistes – qui laisse certains espérer des succès plus solitaires dans la capitale – ne divise une gauche parisienne jusque-là plutôt unie pour défendre ces deux thématiques. Face à des centristes remotivés par la solidité du parti présidentiel à Paris, ses représentants pourront difficilement se permettre de limiter le premier tour des municipales 2020 à un duel pour le leadership à gauche.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s