Un jardin du 11e arrondissement célèbre la mémoire d’Édmée Chandon, pionnière de l’astronomie

Dans le quartier de la Roquette, le discret square Frot-Phalsbourg a pris l’an dernier le nom d’Édmée Chandon. Née dans le 11e arrondissement le 21 novembre 1885, elle devient en 1912 la première femme astronome professionnelle nommée à l’Observatoire de Paris.

Le changement de dénomination de ce petit espace vert a été adopté à l’unanimité l’an dernier en conseil d’arrondissement. Le vœu initial était présenté par Rosalie Lamin (Paris en Commun), adjointe au maire du 11e notamment chargée de la mémoire. Elle a d’abord rappelé le brillant parcours d’Édmée Chandon, qui « après deux baccalauréats, l’un en lettres et l’autre en sciences, obtenus en 1903, a conquis à la Sorbonne un diplôme de licence après de brillants examens de mathématiques et de physique. Elle sera reçue première avec les félicitations du jury au concours d’agrégation de mathématiques en 1908, à l’âge de 23 ans ».

« À peine munie de son agrégation, elle décida de se consacrer à sa passion, l’astronomie, en entrant en 1908 à l‘Observatoire de Paris en tant que stagiaire. Ses aptitudes très marquées et l’activité dont elle fit preuve lui valurent, sur la proposition unanime du conseil de l’Observatoire, une nomination en tant qu’aide astronome. Elle accéda ainsi, le 1er mars 1912, au statut d’aide astronome », poursuit Rosalie Lamin. Si elle n’était évidemment pas la première Française à étudier l’astronomie, Édmée Chandon fut bien pionnière concernant cette reconnaissance de l’Observatoire. « Ce fut remarqué par la presse, dans un contexte où la possibilité pour une femme de faire des études et une carrière scientifique reconnues relevait de la prouesse », a précisé l’adjointe à la mémoire.

Une dénomination inspirée par l’association Femmes & Sciences

Admise au sein de la Société Mathématique de France en 1919 et nommée astronome adjointe cinq ans plus tard, elle publiera un certain nombre de travaux au cours de sa carrière, abordant tour à tour l’étude des marées, l’observation des étoiles doubles, et le fonctionnement de l’astrolabe à prisme. Édmée Chandon obtient en 1930 le grade de docteur ès sciences mathématiques. « Même si elle ne fut jamais nommée astronome titulaire, parce que c’était une femme, elle a ouvert la voie à d’autres femmes dont Renée Herman, qui deviendra en 1965 seulement la première Française astronome titulaire », a indiqué Rosalie Lamin. « C’est un vœu qui nous a été inspiré par l’association Femmes & Sciences », expliquait alors François Vauglin, maire (PS) du 11e arrondissement. Fondée en 2000, elle regroupe des universitaires et des instituts de recherche pour « promouvoir les femmes scientifiques, inciter les jeunes, et particulièrement les filles, à s’engager dans des carrières scientifiques, et constituer un réseau d’entraide ».

Le square Édmée Chandon est proche du métro Charonne et de plusieurs charmants passages qui donnent au quartier son caractère. La précédente dénomination de ce jardin créé en 2004 faisait tout simplement référence aux deux voies qui s’y rencontrent, la rue Léon Frot et la cité de Phalsbourg. Des efforts considérables ont été réalisés ces dernières années afin de rééquilibrer et diversifier les dénominations des voies de la capitale. Selon la municipalité, le nombre de rues portant le nom de femmes est ainsi passé de 6% en 2014 à 12% en 2019.

 

 

Square Édmée Chandon
13 cité de Phalsbourg, 75011 Paris

 

 

Photographies :
Édmée Chandon au cercle méridien © Observatoire de Paris
Square Édmée Chandon © Paris Lights Up

 

 

Laisser un commentaire