En Seine-Saint-Denis, les accidents mortels et graves se multiplient sur les chantiers du Grand Paris

Depuis plus d’un an, au moins dix accidents graves, dont deux mortels, ont eu lieu sur les chantiers des nouvelles lignes du métro et des installations liées aux Jeux olympiques et paralympiques de 2024.

Matthieu Lépine, professeur d’histoire-géographie en Seine-Saint-Denis à l’origine de la plateforme Une Histoire Populaire, recense depuis 2019 les accidents du travail mentionnés dans la presse sur son compte Twitter, Accident du travail : silence des ouvriers meurent. Dans un récent billet, rédigé après le décès d’un ouvrier à Saint-Denis le 5 janvier dernier, il revient sur les trop nombreux drames qui ont endeuillé depuis plus d’un an plusieurs chantiers de Seine-Saint-Denis, en particulier dans le cadre de la construction de la ligne 16 du métro et de l’aménagement des infrastructures prévues pour les prochains Jeux de 2024.

Le double travail « de lutte pour la visibilisation des victimes » et « de mémoire des accidentés du travail » mené par Matthieu Lépine permet également de souligner le faible relais politique et médiatique de ces accidents. Malgré un état des lieux de 330 accidents du travail mortels recensés en 2021, il précise « qu’il s’agit d’un recensement qui n’est pas du tout exhaustif, car dépendant des informations relayées dans la presse en ligne. Le nombre de morts au travail en 2021 est malheureusement bien supérieur à 330. Il était d’au moins 730 en 2019, par exemple ».

.

.

Depuis un peu plus d’un an, une dizaine d’accidents graves, dont au moins deux mortels, ont été évoqués par la presse au sujet de chantiers publics en Seine-Saint-Denis :

– Mi-décembre 2020 : chute grave d’un ouvrier sur le chantier de la future station Saint-Denis – Pleyel (lignes 14-15-16-17).

– 22 décembre 2020 : décès d’Abdoulaye Soumahoro, ouvrier d’Eiffage âgé de 41 ans, après « une chute dans un malaxeur béton » sur le chantier de la future station La Courneuve – Six Routes (lignes 16-17).

– Mai 2021 : Un intérimaire du groupe Eiffage est « gravement blessé après avoir été percuté par un bloc de béton » sur le chantier de la future station du Bourget (lignes 16-17).

– Mai 2021 : Un ouvrier de 22 ans a « la main arrachée lors d’une opération de manutention sur le tunnelier », sur le chantier de la future station d’Aulnay (ligne 16).

– Juillet 2021 : « Deux ouvriers de l’entreprise Brézillon, filiale de Bouygues », sont gravement blessés après avoir été percutés par une benne à béton, sur le chantier de la future station d’Aulnay (ligne 16).

– Septembre 2021 : « Intérimaire employé par Colas », un ouvrier est gravement blessé sur le chantier du futur village des médias de Dugny.

– 2021 (non-précisé) : Un ouvrier est grièvement « blessé à la main par une foreuse », sur le chantier du futur village olympique de Saint-Denis.

– 5 janvier 2022 : Décès d’un ouvrier, percuté après la chute d’une barre métallique, sur le chantier de la future station Saint-Denis – Pleyel (lignes 14-15-16-17).

– 24 janvier 2022 : Un ouvrier est gravement blessé sur le chantier du futur village olympique de Saint-Denis. D’après les informations d’Actu Seine-Saint-Denis, il aurait été « écrasé par un camion » et « transporté en urgence absolue » à l’hôpital Avicenne de Bobigny.

En conclusion de son récent article, Matthieu Lépine précise « qu’une unité a été spécialement constituée pour inspecter ces nombreux et immenses chantiers de la région parisienne. Composée de seulement sept agents et ne disposant pas de réels moyens, elle ne peut faire face au gigantisme de la tâche, notamment en Seine-Saint-Denis ». Selon ses informations, « il ne s’agit en aucun cas de créations de postes. Les inspecteurs ont été retirés à des sections généralistes, au détriment notamment des contrôles habituels sur les chantiers du BTP ».

.

.

One thought on “En Seine-Saint-Denis, les accidents mortels et graves se multiplient sur les chantiers du Grand Paris”

Laisser un commentaire