La Scala Paris dévoile une seconde scène « intime et organique »

Le théâtre historique du boulevard de Strasbourg (10ème arrondissement) présente la Piccola Scala, une scène en amphithéâtre pensée pour accueillir jusqu’à 180 spectateurs.

Café-concert de 1 400 places, pionnière du music hall, cinéma art déco, multiplexe porno, puis quinze ans d’abandon avant, enfin, une renaissance remarquée. Reconstruite en 2018 après une histoire mouvementée longue d’un siècle et demi, La Scala réserve encore bien des surprises pour réveiller le quartier des Grands Boulevards !

Signe de ses ambitions toujours intactes malgré un contexte difficile pour le spectacle vivant, la nouvelle équipe du théâtre vient de dévoiler La Piccola Scala, petit amphithéâtre au format intime creusé à huit mètres du sol, sous la scène principale. Dans une configuration « intime, singulière, organique », les artistes s’y trouveront au plus près du public, réparti en arc de cercle sur trois rangées de gradins incurvées.

La conception de l’amphithéâtre a remis à contribution le scénographe et architecte de la nouvelle identité de La Scala, Richard Peduzzi, ainsi que les artistes de stand up Jason Brokerss, Fary et Panayotis Pascot. « Comme sa grande sœur qui la surplombe, elle est née de l’imagination des artistes », se réjouissent les propriétaires des lieux, Mélanie et Frédéric Biessy.

« Ce lieu presque secret va nous permettre de donner vie à nos envies, à nos désirs, de passer commandes aux jeunes artistes, de favoriser les croisements entre musique, danse, théâtre, stand up, arts visuels et philosophie », expliquent-ils.

À la fois lieu de création, de répétition, et désormais de représentation, la Piccola Scala est à l’image de l’éclectisme ambitieux qui a inspiré la renaissance du théâtre dans son écrin moderne. En effet, aucune porte n’est fermée dans cette programmation qui mêle les répertoires de la musique classique, de la danse contemporaine, des rencontres philosophiques ou encore du stand up.

Pour cette saison inaugurale, on y retrouve ainsi le comédien Jason Brokerss (« 21ème seconde » – jusqu’au 2 janvier), les seuls en scène de Jos Houben « L’art du rire » – jusqu’au 27 décembre) et de de Ruthy Scetbon (« Perte » – jusqu’au 26 novembre) et les performances chorégraphiques de Kaori Ito (« Embrase-moi » & « Et après quoi ? » – jusqu’au 16 janvier).

Avec l’initiative « le 13 du 13 », le charmant amphithéâtre à taille humaine recevra également une ou un jeune pianiste le 13 de chaque mois. « Un premier disque à fêter, un premier récital, un concours tout juste remporté : on découvre, on expérimente, on invente et surtout on soutient. On soutient cette génération qui, privée de concerts pendant la crise sanitaire, n’a cessé d’imaginer le concert de demain et questionner les répertoires les plus exigeants », développe Rodolphe Bruneau-Boulmier, conseiller musique de La Scala Paris.

Alors que la proximité n’est plus vraiment à l’ordre du jour dans le monde du spectacle, il faudra encore attendre un peu avant de voir la Piccola Scala exprimer son plein potentiel. La jauge de spectateurs a été revue à une centaine de personnes en raison du contexte sanitaire actuel. Pour la grande scène modulable, qui accueille la pièce « Une histoire d’amour » d’Alexis Michalik jusqu’au 15 novembre prochain, elle est désormais de 380 personnes environ – en comparaison d’une capacité habituelle de 550 à 750 places.

Le théâtre s’est également adapté aux nouvelles restrictions liées au couvre-feu avec des horaires revus. Les représentations débuteront désormais à 18h30 et 19h en semaine, et entre 15h et 18h30 le week-end.

.

Voir la programmation complète

.

.

La Scala Paris
13 Boulevard de Strasbourg, 75010 Paris
+33 (0)1 40 03 44 30
lascala-paris.com


.
.

Photographie © Alexei Vassiliev – La Scala Paris

Laisser un commentaire