Municipales 2020 : Mounir Mahjoubi rejoint la (longue) liste des candidats à Paris

Le secrétaire d’État au Numérique a choisi les colonnes du Parisien pour officialiser sa candidature à la Mairie de Paris – et donc dans un premier temps à l’investiture de son parti LREM, pour laquelle se bousculent déjà pas moins de six candidats.

C’est dans un café de Ménilmontant que Mounir Mahjoubi a décidé d’annoncer ses ambitions dans la capitale, affirmant qu’il serait « candidat dès que le processus de désignation sera ouvert ».

Originaire du quartier de la Porte de Bagnolet, dans le 20ème arrondissement, le secrétaire d’État compte s’il est élu faire du logement « la priorité du mandat, en commençant par ceux qui sont à la rue ». Mounir Mahjoubi reste vague en évoquant la création d’un fonds de solidarité « auquel contribueront les citoyens qui le peuvent, les entreprises parisiennes et même le maire », s’engageant même « à y consacrer 20% de [s]on salaire pour donner l’exemple ».

Le ministre LREM préconise également la construction de nouveaux logements, avançant que « du foncier existe encore aux franges de Paris et aux alentours. J’habite porte de la Villette : ça fait 20 ans qu’il y a le potentiel d’un nouveau quartier qui n’a jamais démarré. »

Dans un climat déjà particulièrement agité pour LREM à Paris, on peut en tout cas dire que l’officialisation de la candidature de Mounir Mahjoubi ne sera pas passée inaperçue. Ce dernier aurait en effet quelque peu omis de prévenir son parti, le gouvernement et le chef de l’État avant de confirmer ses ambitions au Parisien. D’après le Canard Enchaîné, il a été convoqué dès le lendemain par le Premier ministre pour une légère séance de « recadrage », selon le terme consacré.

Le parti présidentiel devrait désigner sa ou son candidat·e parisien·ne au début du mois de juin 2019, après la création d’une Commission nationale d’investiture en avril prochain. En plus de Mounir Mahjoubi, cinq autres prétendants plus ou moins déclarés envisagent déjà de représenter LREM en 2020 : Julien Bargeton, Anne Lebreton, Benjamin Griveaux, Hugues Renson, et Cédric Villani. Et les « Marcheurs » parisiens n’ont pas attendu le lancement de la campagne officielle pour que transparaissent de premiers psychodrames politiques.

En premier lieu, ce sondage révélé encore une fois par le Canard Enchaîné et portant sur les préférences des résidents parisiens, que certains prétendants jugent commandité par le porte-parole du Gouvernement Benjamin Griveaux. Ce dernier semble au moins faire l’unanimité auprès de ses concurrents, qui l’accusent de « verrouiller » l’élection en se prévalant des préférences présidentielles.

Face à ce désordre parisien de plus en plus embarrassant pour LREM, l’animosité croissante entre les prétendants à l’investiture menaçant de saborder ses chances dans la capitale, une réunion entre tous les candidats est prévue le 21 mars autour du Délégué général du parti Stanislas Guérini. Autre date à retenir : la publication par le Journal du Dimanche d’un nouveau sondage le 24 mars prochain, comparant cette fois-ci les chances des six prétendants.

La ou le candidat·e désigné par la Commission d’investiture devrait notamment affronter en 2020 la Maire actuelle Anne Hidalgo, vraisemblablement candidate sans être encore déclarée officiellement. En bien meilleure forme politique qu’il y a un an, l’élue socialiste devrait en toute logique rester la principale représentante de la gauche parisienne à l’approche des municipales 2020.

Un an avant les élections, la liste des candidats continue en tout cas de s’allonger dans les autres partis. À droite, trois principaux noms sont actuellement pressentis pour porter les couleurs du parti LR : Florence Berthoud, Rachida Dati, et Jean-Pierre Lecoq.

De leur côté, les écologistes d’EELV organiseront une primaire en juin 2019 pour départager les candidats David Belliard et Julien Bayou. Si les communistes pourraient s’allier avec Anne Hidalgo dès le premier tour, le parti LFI pourrait quant à lui être représenté par Danielle Simonnet – à moins d’une mise en avant surprise de la députée de la capitale Danièle Obono.

À ces candidatures s’ajoutent encore celles des indépendants Gaspard Gantzer et Pierre-Yves Bournazel. Bref, la route est encore longue avant d’y voir un peu plus clair à l’horizon politique parisien de 2020 !

 

 

Illustration © Secrétariat d’État au numérique 2017

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s