En images : À l’heure de la COP26, un rassemblement à Paris pour demander des mesures enfin à la hauteur des enjeux climatiques

Alors que le sommet de la COP26 laisse craindre des mesures toujours insuffisantes pour lutter contre les causes du changement climatique, une manifestation était organisée ce samedi sur le parvis de l’Hôtel de ville parisien pour soutenir les activistes qui font aujourd’hui entendre leurs voix à Glasgow.

.

.

Sous la façade de l’Hôtel de ville, des portraits géants des dirigeants des grandes économies du monde, bientôt encerclés par la foule, viennent rappeler l’inaction coupable des États malgré des décennies d’alertes lancées par les spécialistes du climat. « Inactifs à la COP26, mourant.e.s en 2050 » avertit ainsi une banderole déployée sur les anneaux colorés installés sur la place à l’approche des prochaines olympiades.

Toutes les générations sont représentées autour de l’estrade où se succèdent scientifiques et responsables d’associations. Les organisateurs ont également veillé à donner la parole aux premiers concernés, les populations des pays et régions où le changement climatique fait déjà le plus de ravages. Après une intervention de Roland Sjabere, chef coutumier du village de Prospérité en Guyane, la Brésilienne Eliete Paraguasu est venue dénoncer la situation des communautés de pêche de l’État de Bahia, « victimes d’un racisme environnemental » qui n’a fait que s’accélérer sous le gouvernement de Jair Bolsonaro.

Le rassemblement a réuni de nombreuses ONG et associations (Alternatiba, ATD Quart-Monde, Attac, Climate Action Now, Greenpeace, One Voice, Oxfam…), ainsi que plusieurs syndicats, dont la CGT et Solidaires. Les partis politiques ayant fait de la défense de l’environnement un thème central de leur programme ont également étoffé les rangs des participants, du Parti animaliste à Génération·s en passant par Europe Écologie – Les Verts et la France insoumise. Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon, candidats respectifs de ces deux derniers mouvements pour l’élection présidentielle de 2022, se sont également joints au rassemblement où ils ont retrouvé plusieurs députés, comme Mathilde Panot et Cédric Villani.

Les luttes locales s’étaient aussi invitées à l’événement. Le parvis de l’Hôtel de ville accueillait par exemple les collectifs opposés à la bétonisation du Triangle de Gonesse (Val d’Oise), où une gare de la future ligne 17 du métro doit être construite malgré l’abandon du projet de mégacomplexe de loisirs EuropaCity en 2019. Leurs appels à « sauver les terres agricoles » rejoignaient ceux des défenseurs des Jardins ouvriers d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), venus dénoncer les « 4 000 mètres carrés saccagés le 2 septembre dernier pour la construction d’un centre aquatique » en vue des Jeux olympiques et paralympiques de 2024. « Les terres ne sont pas encore bétonnées, la lutte continue ! » promettent-ils en légende d’une exposition photographique présentée pour quelques heures sur les grilles de la mairie.

« Inscrit dans la mobilisation internationale pour la justice climatique, pour les droits des peuples, et pour un autre futur », le mouvement Extinction Rebellion a proposé une performance artistique en hommage aux espèces aujourd’hui menacées ou hélas déjà disparues. Dans une déambulation empreinte de tristesse, de mystérieuses silhouettes vêtues de rouge ont ainsi défilé lors d’une minute de silence symbolisant tout ce que notre planète a perdu à jamais sous l’influence du changement climatique et de la cupidité humaine.

La Conférence de Glasgow de 2021 sur les changements climatiques est organisée à l’initiative de l’Organisation des Nations Unies. Elle réunit jusqu’au 12 novembre « des milliers de délégués gouvernementaux et de représentants de la société civile, du monde des affaires et des médias afin de faire progresser l’action en faveur du climat ». Alors que l’on subit aujourd’hui l’échec des précédents sommets, de nombreux événements et manifestations organisés par les ONG et les associations ont lieu sur place en parallèle du sommet.

.

.

Photographies © Paris Lights Up

.

.

Laisser un commentaire