Des parents se mobilisent après la fermeture temporaire d’un jardin d’enfants du 20ème

En raison d’un déficit de personnels justifié par la crise sanitaire, la vingtaine d’enfants qui fréquente habituellement le « jardin maternel » de la rue du Retrait (20ème arrondissement) sera accueillie dans d’autres structures municipales jusqu’à la rentrée des vacances de printemps. Après le lancement d’une pétition contre cette fermeture temporaire, des parents organisent une « manif’ de poussettes » ce lundi.

Dans une lettre du directeur des familles et de la petite enfance de la ville de Paris communiquée le 11 février dernier, à la veille des vacances scolaires, les parents du jardin d’enfants municipal du Retrait ont appris que l’établissement ne serait pas en mesure de rouvrir ses portes à la rentrée de mars. La municipalité met en cause la crise liée au covid-19, avec « pour conséquence l’absence de nombreux agents dans nos établissements ».

« Certaines professionnelles et certains professionnels sont malades, d’autres ‘cas contacts’, et certains enfin disposent d’autorisations spéciales d’absence (ASA) pour raisons médicales liées au virus, ce qui les contraint à rester à leur domicile. Nous ne connaissons pas actuellement la date de fin de ces autorisations. Elles pourraient perdurer jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire », précisait alors la direction des familles et de la petite enfance. Cette fermeture temporaire, effective au 1er mars, est ainsi justifiée par « les absences actuelles et prochaines dont nous avons déjà connaissance ».

Si tous les enfants pourront bien être accueillis dans d’autres structures situées à proximité, la situation reste difficile à accepter pour les familles, qui manifestent depuis leur mécontentement. Après le lancement d’une pétition rassemblant aujourd’hui plus de 400 signatures et l’envoi d’un communiqué de presse, un collectif nouvellement créé prévoit un rassemblement ce lundi à partir de 16h devant le jardin d’enfants. Cette « manif’ de poussettes » avec casseroles en option rejoindra ensuite la mairie du 20ème, où le conseil d’arrondissement se tiendra à 17h. D’après nos informations, deux vœux appelant à revenir sur cette fermeture devraient y être déposés par des élus de l’opposition (LFI et LREM).

Les parents mettent en avant les difficultés d’adaptation et d’organisation qui s’imposent désormais à eux et à leurs enfants, et demandent à ce que ces derniers « puissent terminer l’année scolaire sereinement ». Dans une lettre adressée au maire du 20ème arrondissement Éric Pliez ce dimanche 21 février, ils estiment que « les enfants ne sont pas une variable d’ajustement d’une crise sanitaire dont ils ont déjà beaucoup souffert. D’autres solutions doivent être trouvées ! »

Pour le collectif des parents du jardin maternel Retrait, cette fermeture est avant tout la conséquence d’un « manque de personnels » dans d’autres structures d’accueil dédiées à la petite enfance. « Nous avons appris que les agents du jardin iront travailler à la crèche des Rigoles (80 à 90 berceaux) » située à proximité, précisent-ils ainsi. Une importante différence d’échelle avec l’établissement de la rue du Retrait, qui accueille pour sa part « 17 enfants, qui ne sont pas tous à temps plein ».

Contacté par notre rédaction, Lyes Bouhdida-Lasserre, adjoint (PS) au maire en charge de la petite enfance et de la jeunesse, dit « comprendre que les familles soient inquiètes, que ça va demander une réorganisation de leur part. Ce n’est pas une solution idéale, on aurait souhaité que toutes les structures restent ouvertes ». L’élu regrette un « contexte contraint, avec des contraintes réglementaires (ratio d’encadrement, espace d’accueil) et sanitaires qu’on ne maîtrise pas, le protocole étant fixé au niveau national ». Il évoque par exemple « le durcissement récent du protocole sanitaire par le gouvernement, avec un passage de 7 à 10 jours de confinement en cas de test positif ».

En réaffirmant la volonté de la mairie de « rouvrir dès que possible, au retour des vacances de printemps », M. Bouhdida-Lasserre souligne également la nécessité de protéger les agents de la ville. « On a beaucoup parlé des travailleurs en première ligne, des héros du quotidien. Nous voulons rappeler que les professionnelles et professionnels de la petite enfance font partie de ces travailleurs essentiels, qu’ils sont en droit d’être absents pour les personnels à risques, d’obtenir la protection nécessaire en cas de comorbidités et autres risques accrus ». Il précise ainsi que des éloignements dus à des tests positifs se produisent encore régulièrement, et que le « pôle de remplacement » mis en place reste particulièrement sollicité.

Deux autres établissements du 20ème dédiés à la petite enfance font déjà l’objet d’une fermeture temporaire depuis septembre : la halte-garderie Retrait, juste à côté du jardin d’enfants, et la halte-garderie des Tourelles, près de la porte des Lilas. Des recrutements de personnels supplémentaires n’auraient-ils pas permis d’éviter la situation actuelle ? D’après la mairie de Paris, plusieurs centaines d’agents ont pourtant déjà été embauchés à partir de la rentrée de septembre. Dans le 20ème, on compte « une dizaine de renforts » arrivés depuis janvier. Une nouvelle campagne de recrutement sera par ailleurs lancée ce lundi pour réunir « 250 auxiliaires de puériculture et 70 agents supplémentaires diplômés d’un CAP petite enfance » dans les semaines à venir. Selon les services de la ville, les délais d’intégration de ces nouvelles recrues justifieraient cependant les deux mois de fermeture du jardin de la rue du Retrait.

Suite aux précisons concernant ces embauches adressées aux parents par MM. Pliez et Bouhdida-Lasserre le 15 février dernier, le collectif des familles dont les enfants étaient jusqu’ici accueillis rue du Retrait s’interroge : « si c’est le cas, pourquoi ne pas attendre les semaines à venir et ces nouvelles professionnelles pour ainsi pallier les absences liées au covid et éviter de fermer le jardin maternel ? » Dans la lettre envoyée au maire du 20ème ce dimanche, ils rappellent également que « le risque de contagion et de cluster est mathématiquement plus grand » dans les structures de taille plus importante, jugeant ainsi l’argumentation de la ville paradoxale d’un point de vue sanitaire.

L’adjoint à la petite enfance promet de revenir « très prochainement » vers les parents. « On souhaite pouvoir les informer au plus près, en lien avec les recrutements », précise-t-il. Cette fermeture temporaire fera l’objet de nouveaux débats au cours du conseil d’arrondissement de ce lundi 22 février : peut-on encore s’attendre à un changement d’orientation, avec par exemple des recrutements additionnels de dernière minute ? Si cette possibilité reste bien incertaine, la thématique de la petite enfance offre toutefois l’avantage d’être plutôt consensuelle. Au cours du dernier conseil de Paris, les projets de fermeture définitive de l’école Paradis (10ème arrondissement) avaient ainsi été remis à l’étude suite à l’adoption d’amendements des élus communistes et écologistes, avec le soutien d’élus d’opposition.

.

.

Photographie : Entrée du jardin d’enfants du Retrait (Paris 20°), le 21 février 2021.
© Paris Lights Up

.

Laisser un commentaire