Le groupe Amazon et ses pollutions visuelles envahissent les rives du canal Saint-Martin en toute illégalité

Une publicité géante d’un goût douteux a été installée illégalement sur un mur bordant le canal Saint-Martin, support habituellement réservé aux artistes. D’après les révélations de nos confrères de StreetPress, des vigiles ont même été embauchés pour empêcher le retrait de l’affiche pendant plusieurs jours.

Le « mur d’expression libre » de la pointe Poulmarch (Xème arrondissement), placette fréquentée située aux abords du canal Saint-Martin, est traditionnellement prisé des artistes de rue et graffeurs qui ont fait du quartier l’un de leurs terrains de jeu favoris.

Pourtant, depuis quelques années, plusieurs multinationales (Netflix en 2017, Gucci en 2018 et Amazon, déjà, l’an dernier) s’approprient sans gêne cet espace sensé appartenir aux Parisiennes et aux Parisiens à l’occasion d’opérations publicitaires.

Le dernier méfait du groupe Amazon a pollué les rives du canal Saint-Martin du 8 au 10 septembre dernier. Comment expliquer une telle longévité, alors que des artistes du quartier s’étaient rapidement mobilisés pour contester cet affichage non seulement amoral, mais aussi tout à fait illégal ?

D’après StreetPress, qui a enquêté sur ce nouveau cas « d’affichage sauvage » à cet emplacement, la publicité était tout simplement « protégée » par trois « gros bras » dont le véhicule restait garé à proximité. À l’audace éhontée de priver le public d’un équipement culturel populaire, les responsables de cette « campagne » se sont donc permis d’ajouter l’intimidation des riverains : une belle performance dans l’absence de scrupules !

.

.

Les services de nettoyage de la ville ont fait disparaître la publicité dans la matinée du jeudi 10 septembre, aux frais du groupe Amazon — une goutte d’eau pour cette entreprise experte en « optimisation fiscale » dont les résultats continuent d’enfler malgré la crise sanitaire.

Suite à cette nouvelle infraction, la maire du Xème arrondissement, Alexandra Cordebard, a porté plainte pour « apposition de publicité sur un immeuble sans autorisation écrite du propriétaire » contre Amazon et Urban Act, l’agence de communication multi-récidiviste responsable de cette pollution visuelle.

.


Illustration : la placette de la rue Jean Poulmarch est située derrière la passerelle Richerand, visible sur cette photographie.
© Paris Lights Up

Laisser un commentaire